in

[Tribune] Mamadou Mota – Le Roi de la Nuit

Mota MRC Libre

Peu après minuit, Mamadou Mota est sorti libre de la prison centrale de Yaoundé le vendredi 5 février 2021. Dans une tribune publie sur Facebook, l’homme politique Wilfried Ekanga dans laquelle il évoque le paradoxe de la libération de Mamadou Mota la nuit, pourtant ça devait se faire en journée.


Mota MRC Libre
Mamadou Mota et Me Fabien Kengne – capture photo

De l’enfer, je suis revenu !

Si la honte était le VIH, le biyayisme serait le SIDA. Voilà des gens qui nous disent depuis des lustres que le MRC est mort et enterré, que plus personne ne nous suit, mais qui en même temps sont obligés de libérer notre vice-président à des heures vampiriques, par peur d’avoir affaire à une foule en liesse venue soutenir son héros insubmersible.

Vous confirmez avec moi ce que j’avais écrit dans un poème l’année dernière : ” C’est un Gang de Malfrats qui n’aiment que la nuit”. C’est pour ça que les libérations de nos grandes figures se font souvent au-delà de minuit, à l’heure où seuls les chauve-souris et les serpents nocturnes parcourent encore les rues sinueuses de la capitale, en quête de sang frais.

Pourtant, en 2019, Mamadou Mota lui, n’avait pas attendu la nuit pour les affronter. Lors de la marche du 1er juin, c’est en plein soleil et au nom de la vérité qu’il s’était dressé au-devant de la marche pacifique pour réclamer de l’ordre dans la poubelle politico-sportive où baigne le pays. C’est en plein jour qu’il avait marché le poing levé au nom de la Résistance. Parce que la vérité ne craint pas la lumière ; c’est la sauvagerie tribale et le pouvoir acquis à la sueur de la fraude qui ont besoin des ténèbres pour prospérer.

Voilà pourquoi ce n’est qu’au Cameroun qu’on peut assister à ces scènes aussi bizarres que stupides, à savoir des ” vivants ” qui agissent la nuit, tout en accusant ceux qui agissent le jour d’être des ” morts. “

(Le seul mort ici, c’est Paul Biya, l’homme de la nuit par excellence)

C’est dans la même logique de ver de terre que vous les entendez dire : ” Personne ne répond à vos mobilisations “, alors qu’ils ont toujours besoin de déployer un dispositif militaire digne des pires heures staliniennes en URSS, et de barricader les villes à la simple évocation d’une marche à venir. Voici qu’une simple invitation à mâcher du jujube a suscité la militarisation de la ville de Bamendjou le 30 janvier dernier. C’est dire !

Alors plus le temps passe, plus on s’interroge par quelle alchimie surnaturelle ces zouaves arrivent à s’endormir en croyant eux-mêmes en leurs mensonges.

Le Phoenix politique

Mais que peuvent donc la torture, l’intimidation, le tribalisme et les tentatives de corruption face à la détermination ? L’artiste Florent Pagny l’avait déjà consigné dans sa célèbre chanson : ” Ma liberté de penser “. C’est-à-dire qu’il ne sera jamais possible de retirer à un homme son libre arbitre quand il est sûr de ses convictions, même en usant des méthodes les plus perfides.  Ainsi, les efforts désespérés des Malfrats de Yaoundé pour détruire le MRC par l’addition violence + ruse n’ont servi qu’à renforcer la détermination de ceux qui sont entrés en politique par conviction, et donc, sur la base d’un réel programme de gouvernance.

A Yaoundé là-bas, ils ne savent pas du tout ce que c’est.

Car le poisson ne comprend pas la langue de l’oiseau.

Mamadou Mota avait pourtant déjà annoncé la couleur dans une interview recueillie par Jeune Afrique le 6 mai 2020 : ” Ceux qui pensent que le MRC va éclater se trompent gravement ” Et il avait ajouté : ” Pour ma part, physiquement et moralement, je vais bien. Je vis cette incarcération comme une étape dans la lutte pacifique que nous menons pour la démocratisation du Cameroun. Tout comme j’ai intégré le risque de torture et même l’élimination physique,”

Alors, à tous les ” patriotes ” bien pensants qui se découvrent soudain des talents d’humanistes et aiment subitement nos camarades plus que nous, à tous ces nouveaux “gentils” qui nous disent qu’on a envoyé ” les enfants des gens au choc ” , ou qu’on a ” abandonné Mamadou Mota en prison “, je vous exhorte à mâcher le jujube la prochaine fois vous aussi, pour éviter des illusions aussi cafardeuses qui vous humilient vous-mêmes.

Car la vérité, c’est que vous auriez aimé voir Mota partir en vrille et le MRC avec lui, mais rien de tout cela ne s’est produit. Au contraire, il est devenu un caillou dans la chaussure extrêmement gênant et impossible à retirer, d’où cette frustration aussi terrible que collante que vous trainez 7 jours par semaine.

En bref :

Car le phoenix que vous avez tenté de briser n’a pour sa part, aucun souci. Il n’en veut pas au MRC ou à Maurice Kamto de l’avoir envoyé au Tartare. Au contraire il semble heureux des expériences vécues dans l’antre des Malfrats, et plus que jamais convaincu que le chemin de la Résistance qu’il a emprunté était le bon. Ce plutôt sont les patriotes autodésignés qui aujourd’hui, sont obligés de réfléchir à des stratagèmes de libération enfantins et ridiculisants pour eux-mêmes

Alors ils choisissent la nuit, de peur que le feu du soleil ne les consume de honte devant l’évidence de leur échec.

Mais comme vous pouvez le constater au moment où vous lisez ces lignes, le jour a fini par se lever ! En voulant dissimuler la victoire d’un champion par une libération nocturne, vous avez fait de lui le Roi de la Nuit !

Ekanga Ekanga Claude Wilfried

( Le voilà donc, le sens de la Résistance : c’est une guerre d’usure où ce n’est ni le plus agressif, ni le plus rapide qui l’emporte, mais le plus téméraire. C’est-à-dire celui qui reste jusqu’à la fin, et finit par faire plier l’adversaire, grâce à sa têtutesse.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Motoz

Vidéo : Devant une foule en extase, Mamadou Mota prononce ses premiers mots après sa libération

Cameroun : Grave pénurie d’eau à Njombe !