in

Polémiques aux concours de l’ENAM : La proposition de Penda Ekoka pour couper court

penda ekokaweb

Le leader du Mouvement agir et proche de Maurice Kamto estime que s’appesantir au niveau des places que devraient obtenir chaque région au concours de l’ENAM, c’est passer à côté du débat primordial.

penda ekokaweb
Christian Penda Ekoka (c) Droits réservés

L’Ecole nationale d’Administration et de magistrature est selon Christian Penda Ekoka le reflet de la mal gouvernance et de la corruption qui minent le Cameroun. « En se focalisant sur la répartition des places en son sein, le débat sur l’ENAM ne questionne pas l’essentiel. On ne saurait dissocier cette institution du système structurellement corrompu de leadership et de gouvernance qui est la cause majeure de la destruction chaotique du pays. Au cœur de système se trouve le personnel d’encadrement administratif pour le façonnage duquel l’ENAM joue un rôle de premier plan », a déclaré l’ancien conseiller du président de la République Paul Biya.

Pour approfondir :   Covid-19 : Le bilan des guéris revu à la hausse

Dans la suite de sa publication partagée sur ses comptes Twitter et Facebook, il propose une réforme de l’ENAM. « L’impératif de la réforme de l’Etat et de ses institutions concerne au premier chef l’ENAM. Menée à bien, cette réforme ne pourra échapper à la considération d’alternatives innovantes et ouvertes telles que, entre autres, la création dans les universités de facultés ou écoles affiliées d’administration publique avec diverses filières : finances publiques, santé, éducation, police, etc», propose-t-il. Durant la présidentielle de 2018, le candidat du SDF Joshua Osih avait évoqué dans son programme une mesure similaire, mais plus drastique à savoir : la fermeture pure et simple de l’ENAM.

Pour approfondir :   Eric Essono Tsimi : « le développement du Cameroun passe par l’infrastructure mentale »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ntimbane Bomo

Me Christian Ntimbane Bomo répond à André Luther Meka

Woungly

Anicet Ekanè : « Je pense que ce qui a beaucoup touché Woungly-Massaga c’est le fait que l’UPC a un peu sombré »