in

Père Ludovic Lado : « Je bénis M. Paul Biya parce que c’est enfant de Dieu et un humain…»

Ladorel

Le prêtre jésuite « bénit » le président Paul Biya, au pouvoir depuis le 6 novembre 1982, mais n’approuve pas la longévité de ce dernier aux affaires.

Ladorel
Père Ludovic Lado (c) Droits réservés

Au microphone de ABK radio ce mardi 3 août 2021, le père Ludovic Lado s’est exprimé sur certains sujets de l’actualité politique au Cameroun. De prime à bord, l’homme de Dieu se dresse contre le régime du chef de l’Etat qui le maintient au Palais de l’Unité depuis trente-neuf en dépit de son sentiment d’humain à son égard.

« Je bénis M. Paul Biya parce que c’est enfant de Dieu et un humain, mais je ne bénis pas son régime qui le maintient captif au pouvoir. Parce qu’une personne de son âge doit se reposer », a-t-il signifié.

Pour approfondir :   La Fête du Sacrifice aura lieu le 20 juillet 2021  

Dans les mêmes circonstances, Ludovic Lado est revenu sur la marche qu’il a effectuée pour le retour de la paix dans les régions anglophones il a y quelques mois.

« Parlant de la marche que j’ai effectuée pour la paix au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, ce qui gênait les forces de l’ordre, ce n’était pas la marche mais plutôt la démarche que j’ai empruntée. je soupçonnais que quelque chose allait m’arriver; c’est quand même surprenant que dans un pays, qu’on arrête une personne qui marche seule. J’ai dû demander au commissaire quel danger je représentais, il m’a demandé si j’avais l’autorisation de faire une marche …J’ai demandé ‘’de marcher seul ?’’ », s’est-il souvenu.

Pour approfondir :   Appels à l'éviction de Paul Biya du pouvoir : Mgr Abraham Kome donne sa position

Passant du coq à l’âne, le prêtre catholique a remis en cause le rôle du Conseil national de la Communication(Cnc) : « Il y a eu un certain nombre de médias qui sont nés et qui ont servi de plateaux à la stigmatisation ethnique. Je ne sais pas à quoi sert le Conseil National de la Communication face à ces situations… », s’est demandé le prélat.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nalova Lyonga

Cameroun : Pauline Nalova Lyonga, ferme 106 établissements secondaires

Meva Caro F

[Tribune] Caroline Meva : « Le tribalisme est une arme qui permet aux élites en mal de programme politique de se constituer une base de soutien populaire »