in

Nigeria : comment les entreprises étrangères complotent contre la raffinerie d’Aligo Dangote

Le vice-président du pétrole et du gaz chez Dangote Industries Limited (DIL), Devakumar Edwin, a accusé les compagnies pétrolières internationales (IOC) au Nigeria de comploter pour paralyser ses opérations.

dangote raffinerie
Aligo Dangoté-DR

Selon Devakumar Edwin, les IOC contrecarraient délibérément les efforts de la raffinerie pour acheter du brut local en augmentant le prix élevé au-dessus du prix du marché, la forçant ainsi à importer du brut de pays aussi éloignés que les États-Unis, avec les coûts élevés qui en découlent.

Edwin, qui a révélé cela lors d’un programme de formation d’une journée destiné aux journalistes à Lagos, a également accusé l’Autorité nigériane de régulation du pétrole du secteur intermédiaire et aval (NMDPRA) d’avoir accordé des licences aux commerçants pour importer des produits raffinés sales dans le pays.

« Le gouvernement fédéral a délivré 25 licences pour construire des raffineries et nous sommes le seul à avoir tenu ses promesses. En effet, nous méritons tout le soutien du gouvernement. Il est bon de constater que depuis le début de la production, plus de 3,5 milliards de litres, ce qui représente 90 pour cent de notre production, ont été exportés. Nous appelons le gouvernement fédéral et les régulateurs à nous apporter le soutien nécessaire pour créer des emplois et la prospérité de la nation », a-t-il déclaré.

Pour approfondir :   Maahlox Leviber titille Laura Dave au sujet du nouveau Maillot du Nigéria

Selon lui, « tandis que la Commission nigériane de réglementation du pétrole en amont (NUPRC) fait de son mieux pour nous attribuer le brut, les IOC contrecarrent délibérément et volontairement nos efforts pour acheter le brut local. Il convient de rappeler que le NUPRC a récemment rencontré des producteurs de pétrole brut ainsi que des propriétaires de raffineries au Nigeria, dans le but de garantir le plein respect des obligations nationales d’approvisionnement en pétrole brut (DCSO), telles qu’énoncées à l’article 109 (2) de la Loi sur le pétrole. Loi sur l’industrie (PIA) ».

Une volonté de maintenir le Nigeria à la dépendance étrangère

« Il semble que l’objectif des COI soit de garantir que le Nigeria reste un pays exportateur de pétrole brut et important des produits pétroliers raffinés. Ils (les COI) sont désireux d’exporter les matières premières vers leur pays d’origine, créant ainsi des emplois et de la richesse pour leur pays, augmentant leur PIB et déversant les produits raffinés coûteux au Nigeria – nous rendant ainsi dépendants des produits importés. C’est la même stratégie que les multinationales ont adoptée pour tous les produits de base, plaçant le Nigeria et l’Afrique subsaharienne face au chômage et à la pauvreté, tout en créant de la richesse pour eux-mêmes à nos dépens. C’est de l’exploitation – pure et simple. Malheureusement, le pays fait aussi leur jeu en continuant à délivrer des licences d’importation, au détriment de notre économie et au détriment de la santé des Nigérians exposés à des produits cancérigènes », termine-t-il.

Pour approfondir :   La République centrafricaine a un nouveau premier ministre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Luc Messi

Yaoundé : Luc Messi Atangana développe une nouvelle stratégie pour définitivement régler le problème des ordures

Kamtogato

Maurice Kamto appelle à l’annulation de l’ordonnance de Paul Biya qui fait grimper les prix de la CNI et des cartes de séjour