in

Nathalie Yamb : « pour leur présidentielle, les Gabonais ont le choix entre la peste et le choléra

La militante panafricaniste Nathalie Yamb s’est exprimée au sujet de l’élection présidentielle au Gabon et du duel politique entre Omar Bongo et son principal adversaire, Albert Ondo Ossa, ancien ministre de l’Éducation.

Yamb
Nathalie Yamb (c) Droits réservés

Dans un long tweet publié le 28 août 2023, Nathalie Yamb a critiqué la gouvernance dynastique qui a persisté pendant 56 ans et n’a pas réussi à améliorer les conditions de vie des Gabonais ni à favoriser l’émergence de nouveaux leaders indépendants.

Elle a souligné que malgré des décennies au pouvoir, le système Bongo n’a pas réussi à sortir le Gabon de la pauvreté, et que le pays continue à figurer dans les classements inférieurs des indicateurs de progrès. Nathalie Yamb a exprimé son désaccord face à la succession des membres de la famille Bongo à la tête du pays, en critiquant la présence constante de candidats liés par des liens familiaux avec l’ancien président Omar Bongo Ondimba.

Nathalie Yamb a aussi  exprimé ses appréhensions concernant l’alternative politique proposée par l’opposition. La dame de Sochi  ne considère pas certains membres de l’opposition comme des agents de changement véritable, les accusant de maintenir des liens avec des pratiques de la Françafrique, ainsi qu’avec des éléments du système de gouvernance actuel qu’elle critique, tels que la mainmise économique de la France et l’utilisation du franc CFA.

L’opposition ignore la France

« Je souhaite aux Gabonais d’obtenir le changement auquel ils aspirent. Je ne suis pas certaine que ce changement est incarné par l’opposition, au sein de laquelle des individus comme Alexandre Barro-Chambrier incarnent la Françafrique dans ce qu’elle a de plus cynique, malfaisant et détestable. Une opposition qui ne remet en cause ni la mainmise de la France sur l’économie gabonaise entretenue par le clan Bongo, ni le franc CFA, ni la présence militaire française, ni le système de gouvernance qui produit des despotes présidentiels dans nos pays, ni le recours inconsidéré à la dette improductive etc. Je suis connue pour dire ce qui est, et non ce qui plait. Je soutiens mes amis gabonais dans leur quête de liberté, de souveraineté et de progrès, et je me dois de leur rappeler qu’à mes yeux, lors de cette élection présidentielle comme lors de la précédente, ils ont eu le choix entre la peste et le choléra », a argumenté Nathalie Yamb dans son tweet.

Pour approfondir :   Le Cameroun lance un recrutement de 2 000 commandos d'élite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ondo Ossa

Qui est vraiment Albert Ondo Ossa, le possible successeur d’Ali Bongo au Gabon ?

KTE

Les débuts de rêve de Karl Toko Ekambi en Arabie Saoudite (vidéo)