in

Maurice Kamto : « Je réitère ma désapprobation totale de tous les discours injurieux, haineux ou tribalistes »

Maurice Kamto
Maurice Kamto, président du MRC (c) Droits réservés

Sur sa page Facebook, le 16 septembre 2021, le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a publié un communiqué dans lequel, il dénonce une fois de plus la campagne d’injures, et de propagation des discours haineux sur la toile, par des militants et sympathisants de son parti.

Maurice Kamto
Maurice Kamto – capture photo

La sortie de l’homme politique intervient pour réitérer sa volonté à mettre un terme à cette façon de faire de ses militants qui n’honore pas son parti et sa personne propre. « Je réitère ma désapprobation totale de tous les discours injurieux, haineux ou tribalistes, d’où qu’ils viennent. Par conséquent, je condamne fermement tous ceux qui, par quelques moyens que ce soit (médias, réseaux sociaux, échanges directs, écrits, etc.) continuent de se livrer à cet exercice indigne du peuple camerounais et dangereux pour la cohésion nationale ainsi  que pour la lutte pour la Libération de notre pays, dont on est fier de dire qu’il est l’Afrique en miniature », déclare le leader politique.

Pour approfondir :   Cameroun : La revue de presse de ce vendredi 10 juillet 2020

 

Cette nouvelle sortie est appréciée par David Eboutou qui a relayé le communiqué et souhaite que le patron du MRC passe aux sanctions. Et se dit prêt à l’accompagner. « Il faut passer aux sanctions professeur. il faudrait prononcer des exclusions pour ces militants dont je suis prêt à vous envoyer la liste avec des preuves de leurs discours nauséabonds », écrit-il.

 


Pour approfondir :   Cameroun : Aux abois, le secteur privé pose de nouvelles conditions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ambassad

Un diplomate camerounais placé en garde à vue en France

20210921 110307

Crise anglophone: Des élèves de la ville de Bamenda veulent retourner à l’école en toute sécurité et appellent le gouvernement à l’aide.