in , ,

Martin Camus Mimb sur le cas Toko Ekambi : « il faut que les instances du football gèrent le service après-vente de Blida »

Le journaliste sportif pense que le déploiement de la banderole invitant le joueur camerounais à quitter le club montre l’ascendance de la « d’une frange algérienne sur son public ».

FB IMG 1673854707037

L’Olympique lyonnais a concédé une deuxième défaite de suite à domicile en championnat samedi soir (1-2), face à Strasbourg. Mais cette défaite ne semble pas être le fait le plus marquant de cette rencontre. En effet, 1h30 avant le coup d’envoi, une centaine de supporters s’est amassée devant le bus qui arrivait au stade, utilisant pétards et fumigènes.

Puis c’est en tribunes qu’ils se sont fait entendre, en déployant des drapeaux flanqués d’un « dégage » associé à des joueurs : Houssem Aouar, Moussa Dembélé et … Karl Toko Ekambi. Toute chose qui n’a pas plu au public camerounais, notamment le journaliste sportif Martin Camus Mimb.

« Lyon  cède à la pression d‘une frange algérienne de son public… »

Dans une tribune, Martin Camus Mimb explique la pression « émotionnelle » exercée par ces supporters « exigeants et avides de résultats ». Toute chose qui a un impact sur le joueur camerounais.

Lebledparle.com vous propose l’intégralité de cette tribune :

« Ce qui se passe à Lyon n’est pas une grande première dans le football. On a vu des joueurs, mêmes les meilleurs être pris à partie par des publics exigeants et avides de résultats. Mais là, il y’a quelque chose de pas normal. Comment fait-on une fixation sur un joueur pas du tout utilisé, comparé à son statut avant l’arrivée de Laurent Blanc ? Tenez avant la Coupe du monde, TOKO n’avait que 177 minutes en cinq matches, contre 851 minutes en dix matches sous Peter Bosz. Et puis, qu’on m’explique comment un joueur qui est sous contrat jusqu’en juin 2024 et qu’on souhaitait prolonger avant le Mondial doit »DÉGAGER » aujourd’hui ?

Les supporters algériens tiennent leur revanche et ils ont réussi un coup double : Faire craquer le joueur et associer une partie des supporters, à leur escroquerie émotionnelle de performance. Depuis Blida, ils cherchaient l’angle d’attaque et là, ils tombent sur un joueur presque sur le banc depuis quelque temps, et qui se contente des résidus de titularisations. En plus en 19 matches de championnat, il est à quatre buts et deux passes décisives, pas loin de certains titulaires et meilleures que d’autres. Souvenez-vous des attaques répétées de certains supporters après Blida. Les mauvais résultats leur offre enfin une cible verrouillée depuis des mois. Je répète, il faut que les instances du football gèrent le service après-vente de Blida. Pas seulement pour éviter ce type de dérapage, mais rassurer le joueur qui n’est plus le même depuis. Et je pense que tout cela le perturbe. Courage. »

Pour approfondir :   CAN de volleyball : les Lionnes écrasent l'Algérie et filent au second tour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Karl Toko Ekambi pète un câble et ça tourne totalement au ridicule

Ligue 1 : Karl Toko Ekambi pète un câble et ça tourne totalement au ridicule

Fridolin Nke

Fridolin Nké : « c’est à cause du tribalisme que l’Occident nous domine »