in

L’ex directeur adjoint de MTN Jean-Claude Ottou fait condamner 2 journalistes à 5 mois de prison ferme pour diffamation

Ottou
Jean-Claude Ottou-DR

Jean-Claude Ottou remporte son procès en diffamation contre deux journalistes Société. Le conflit qui opposait l’ex-directeur général adjoint de MTN Cameroun Jean-Claude Ottou aux journalistes Mariano Agoume et Pie-Claude Fouda Abanda s’est achevé ce 11 décembre devant le Tribunal de première instance d’Ekounou à Yaoundé. Jean-Claude Ottou a traîné les deux hommes de médias en justice pour diffamation par voie électronique.

Le jugement est sans appel : Mariano Agoume et son confrère ont été déclarés coupables d’avoir lancé de lourdes accusations contre M. Ottou en 2022, l’incriminant via Internet d’avoir « sodomisé et tué un adolescent de 13 ans ». Des propos infondés qui ternissaient la réputation de l’ancien responsable de la téléphonie mobile.

Pour approfondir :   Diplomatie : Paul Biya félicite le nouveau Premier Ministre français

Un sentence exemplaire

Les deux journalistes écopent de 5 mois de prison ferme. En dépit des circonstances atténuantes liées au casier judiciaire vierge des deux journalistes, ces derniers sont condamnés à 5 mois derrière les barreaux Ils devront également payer solidairement une amende de 500.000 Fcfa et les frais du procès.

Cette sanction intervient comme une invite à la prudence de nombreux professionnels des médias, enclins à propager rumeurs et accusations graves sans preuve. Un tel comportement est de nature à jeter l’opprobre sur ce noble métier. Quant à M.Ottou, cette décision judiciaire rétablit en partie son honneur, même si les blessures des calomnies demeurent.

Pour approfondir :   Cameroun - Université : l’ENSPT devient SUP’PTIC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hongla 22

Les grands absents de la liste de la liste élargie de Rigobert Song pour la CAN 2023

insalubrite Yaounde

En vacances au Cameroun, une femme de la diaspora traduite au Commissariat après avoir critiqué l’insalubrité dans la ville de Yaoundé