in

Les populations du village du Comice d’Ebolowa accusent le Minepia de les exproprier de leurs terres

Le ministère de l’Elevage du Cameroun est accusé d’usurper 11 hectares de terrain aux populations juste après la tenue du comice agropastorale de 2011 à Ebolowa.

Capturev

C’est une histoire qui date depuis l’organisation de la tenue du comice agropastorale tenu en 2011 à Ebolowa et présidé par le président de la République Paul Biya.

En effet, selon les témoignages des populations du village Mebae-village du comice, lors de l’organisation du comice de 2011 à Ebolowa, le village avait rétrocédé au MINEPIA quelques hectares de terrains  pour des projets imminents notamment la construction des étangs piscicoles et la construction de l’école du programme d’Appui à la rénovation et au développement de la formation professionnelle dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche (AFOP) pour contribuer au développement du village à travers les métiers agropastoraux.

C’est à travers tous ces projets que le village par l’entremise de son chef de village décide donner au MINEPIA 07 hectares de terrain. « Lors des préparatifs du comice agropastoral de 2011, j’ai proposé à l’Etat un site pour pouvoir réaliser les étangs de démonstration qui devaient accueillir toutes les bêtes venues des 10 régions. J’ai donc mis à la disposition de l’Etat 10 hectares donc l’objectif était de faire venir le Chef de l’Etat ici dans mon village et ensuite bénéficier du goudron pour ma communauté », raconte le chef du village SM Beh Atangana Emmanuel

Selon les populations du village, il avait été convenu de commun accord avec les responsables du MINEPIA qu’ils occuperaient uniquement 07 hectares sur les 10 proposés au départ par le village à la surprise générale les termes du contrat ne sont pas respectés par le ministère de l’élevage qui veut occuper tous les 10 hectares de terrain chassant ainsi les populations qui sont installées depuis 100 ans « Sur les 10 hectares, le MINEPIA en a exploité 07hectares et le reste devrait revenir aux populations maintenant, pendant que les populations récupèrent le reste de terrain qui les revient de droit, ils constatent qu’il y’a empiètement du MINEPIA face à cette situation je me suis rendu plusieurs fois à Yaoundé rencontrer l’actuel MINEPIA pour ce problème et il m’a d’ailleurs rassuré que les populations peuvent récupérer leur reste de terrain », relate le chef de village Mebae SM Beh Atangana Emmanuel.

Depuis le début de cette affaire, les familles se sont rassemblées pour dénoncer ce qu’elles ont appelé « escroquerie foncière ». A plusieurs reprises, elles ont écrit des requêtes et soumettre à l’attention du préfet de la Mvila. Ce dernier selon nos sources, aurait côté ce dossier à son troisième adjoint malheureusement le dossier à disparu à la préfecture. Un cadre de la préfecture de la Mvila a d’ailleurs expliqué à un membre du village qu’il serait difficile de retrouver ce dossier et que d’ailleurs ce dossier serait disparu dans les bureaux de la préfecture. C’est véritablement une histoire hollywoodienne que vivent les populations de Mebae-village du comice. Les responsables de  la délégation régionale du MINEPIA du Sud bradent les terrains à vil prix dans le village qui n’est le leur principalement un certain Eloundou qui serait le directeur de l’école AFOP de Mebae construit lors du comice de 2011.

Ce dernier vend les terrains du village Mebae au mépris des populations du village soit disant qu’il aurait hérité des terrains du MINEPIA. Comment les hauts fonctionnaires peuvent venir dans une localité étrangère arracher les terrains et vendre à vil prix au mépris des populations de cette localité ?

« Actuellement le dossier se trouve au ministère des domaines et des affaires foncières et à la présidence de la République. Je peux assurer mes populations qu’elles auront gain de cause » rassure le chef de village Mebae SM Beh Atangana Emmanuel.

Les populations appellent à l’intervention du Chef de l’Etat pour la rétrocession de leurs terres occupées injustement par le MINEPIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tina Glamour

Tina Glamour : « Je ne suis pas une femme soumise »

Armand Noutack

[Tribune] Armand Noutack : « On n’a pas absolument besoin d’un poste au sein du parti pour militer pour un Cameroun nouveau »