in

Le ministre Moukoko Mbonjo lutte contre la mort en France

Moukoko Mbondjo
Moukoko Mbondjo (c) Droits réservés

Moukoko Mbondjo

Pierre Moukoko Mbonjo n’a pas pris part à la célébration de la fête du 20 mai à Yaoundé, comme l’ensemble des ministres et hauts dignitaires de la république. Selon des sources concordantes, le ministre des Relations extérieures (Minrex) est sous soins intensifs à l’hôpital américain de Neuilly.

L’homme qu’une certaine presse avait tôt fait d’annoncer de retour à son domicile du quartier Hippodrome à Yaoundé, a pourtant bel et bien été évacué à Paris pour des soins intensifs. Après une chute dont le Minrex a été victime le 08 mai dernier, et que des sources se sont accordées à qualifier d’Accident vasculaire cérébral (Avc).

En clair, Moukoko Mbonjo n’est plus interné à l’hôpital général de Yaoundé où il a été conduit en urgence dès le déclenchement de son malaise. Encore moins chez lui comme a tenté de distraire le journal La nouvelle expression, qui avait pourtant eu la primeur de l’information sur la maladie de l’ancien ministre de la communication. «Vous ne pouviez même pas le trouver à l’hôpital général, puisqu’il a été évacué dès que sa situation s’est stabilisée», renseignait déjà la semaine dernière une source, ignorant tout de même le jour où le haut commis de l’Etat a quitté l’hôpital. «C’est à bord des brancards et autre poussette que son excellence a été conduite discrètement dans la pénombre de la nuit à bord du vol 901 de la compagnie Air France. Un bien curieux manège sur le tarmac de l’aéroport de Nsimalen qui n’est pas passé inaperçu… Cette évacuation sanitaire de l’ancien ministre de la communication vient ainsi trancher le débat qui a cours sur son état de santé. De plus, elle démontre à suffire qu’il ne s’est jamais agi de fatigue ou d’épuisement voire d’un simple cas de paludisme comme a tenté vainement de le faire croire son entourage. Auquel cas, les autorités du pays n’auraient jamais décidé de son évacuation vers un plateau technique plus approprié. Et du coup, l’hypothèse d’un AVC semble gagner en ampleur à défaut d’autre pathologie», témoigne et enfonce le journal Anecdote pour contrarier les confrères qui ont pris la défense du malade, que l’entourage présente comme un bosseur.

Pour approfondir :    Litige foncier entre communauté musulmane et Ketcha Courtès à Olembé : Paul Biya tranche l’affaire !

Le journal Mutations s’était joint à son confrère paraissant à Douala, pour essayer de relativiser sur le cas du Minrex. Parlant simplement de «fatigue». Le quotidien de la South media corporation, par la plume d’Ibin Hassan, titrait : «Moukoko Mbonjo n’a pas été victime d’un Avc», se référant aux proches du ministre. «L’entourage du Minrex dément l’information véhiculée par une partie de la presse». Non sans reconnaitre avec ses sources que «un ministre est un être humain comme tous les autres qui peut se sentir épuisé». Loin de la polémique qu’entretient la presse, Pierre Moukoko Mbonjo, 61 ans, lutte contre la mort. On parle d’assistance respiratoire.

Pour approfondir :   Crise anglophone : Un incendie ravage le bureau ELECAM de Babessi

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Andre Marie

Buzz – Réseaux Sociaux : la mise au point d’Abdelaziz Moundé à propos de la photo de Tala André Marie

bell

Joseph Antoine Bell porte plainte contre un de ceux qui l’accusaient de corruption