in

Kissilâ : « Quitter la musique pour moi serait mettre fin à ma joie de vivre »

Kissila
Kissilâ

Kissila

Des chanteuses, le Cameroun en compte des milliers à travers le monde, mais une Kissilâ, il aurait fallu la créer si elle n’exista.

Au premier regard, ses formes généreuses masquent presqu’un talent hallucinant. Nos désirs s’éveillent alors plus volontiers à l’écoute de sa voix dont l’impact érotique et berçant saupoudre les textes plaisamment chantés.

Auteure-compositeur, interprète et productrice de musique, Kissilâ  a opté pour l’Afro house comme rythme de prédilection. C’est dans les années ’90 qu’elle entame sa carrière professionnelle en tant qu’interprète de blues. Cette native de Bafang n’a alors rien perdu de ses racines, qu’elle met d’ailleurs merveilleusement en avant. Son nom d’artiste  Kissilâ vient alors de Guyzela  son patronyme, qu’elle découpe en deux expressions : « Kissi » (la cuisine) et Lâ (le calme). On peut ainsi déjà croire en son humilité, son sens de patriotisme non dissipé, et son attachement indubitable à ses racines dans l’Ouest profond.

Authentique dans ses œuvres, cette beauté venue de Bafang a su nipper ses titres d’originalités locales et d’ailleurs, non sans verser dans le plurivoque qui parfois joue à la défaveur de certains artistes avides d’aventures ou adeptes du mimétisme. C’est à l’âge de 7 ans qu’elle se permet d’immerger dans ce monde pourtant mal perçu par certains parents. Les siens quant à eux, ayant décelé cette pépite de talent, l’encourageront dans son élan. C’est ainsi qu’elle intégrera diverses chorales des églises de la ville de Yaoundé. La petite surprend plus d’une ; elle chante non seulement au sein des chorales Bétis mais aussi avec celle de l’église des Duala ou encore avec celle des jeunes, en français. Elle ne s’arrêtera jamais, la musique étant devenue une obsession, elle s’y prête sous la douche, au réveil, dans la rue, lors des anniversaires en famille ou pendant ceux des amis. Adolescente, elle côtoie de grands musiciens professionnels en chantant notamment pour les cabarets l’Equateur’ et Le Pacific Palissade à Akwa (Douala) au Cameroun.

Pour approfondir :   Voxafrica lance la saison 2 de The Voice Afrique francophone

Recherchant avidement une plus value à sa carrière artistique et surtout à ses études universitaires, c’est de l’autre côté de l’océan qu’elle se posera et se mettra véritablement au travail. Une fois en Angleterre, elle accompagne plusieurs artistes en studio et sur scènes. On vous l’a dit, elle n’en démord pas, la musique est une obsession pour elle : « Je ne passe pas une seule journée sans chantonner. Quitter la musique pour moi serait mettre fin à ma joie de vivre »…

Elle va par ailleurs faire la première partie des Neg’ Marrons en 2008 au festival de musique de la ville de Meaux en France, écumera plusieurs festivals de blues dans la région Parisienne. On ressent une très forte influence de gospel (du negro spirituals) dans sa musique (du negro spirituals).

Parmi ses modèle : Tina Turner, Anne Marie Nzié, Myriam Makeba ou encore James Brown

Allier études et musique n’était alors qu’une simple formalité, nous rassure-t-elle : « Certains diront, non. Mais me concernant, ça a été une évidence. J’ai pu concilier ma vie d’artiste à mes études sans beaucoup de difficultés, car la musique est plus qu’une passion pour moi. Même en rédigeant mes mémoires de fin d’études, je m’arrêtais de temps en temps pour écrire un nouveau texte et composer, dans les minutes qui suivaient, la mélodie qui va avec. Pour moi, le chant est indispensable ».

Aujourd’hui et plus que jamais, Kissilâ chante, oui elle chante en anglais, en bafang, en pidgin et en français, pour le grand plaisir de tous ses fans à travers le monde. Ce public le lui rend bien, de quoi booster sa détermination : « Je suis fière de ma progression », se réjouira-t-elle.

Pour approfondir :   L’écrivain Sankie Maimo est le Grand Prix de la Mémoire des GPAL 2016

Du blues (surtout celui de Chicago, qu’elle maitrise parfaitement) à l’Afro-house, les thèmes sont  l’amour, la trahison et la déception.

Kissilâ compte à son actif environ 35 titres et peaufine en ce moment son premier album « REVEALED », attendu pour la fin 2015. En prélude à cet opus, la belle a servi à son public adoré le single «No Chop Your Money» sorti en Octobre 2013 et disponible sur Amazon et iTunes. Titre dans lequel elle démontre que toutes les femmes n’aiment pas les hommes par intérêt financier. Son deuxième single, « When the Stars Fly Over » est également disponible sur Amazon, iTunes et Google play. Le rythme ici est inspiré de ses observations de tous les jours, partant des sans domiciles fixes en Europe et aux USA à Nos pauvres nanga bokos au pays.

Ses projets

Jouer au Cameroun est l’une de ses principales Ambitions, faire une tournée au Cameroun, sa terre natale. Bientôt, c’est en  DJ que Kissilâ se produira en live au Palais Polyvalent des sports de Yaoundé avec des danseurs et danseuses exceptionnelles, avant de rejoindre Douala et d’autres villes de l’Ouest.

Lebledparle.com vous propose de deguster son titre «No Chop Your Money» en version MP3 plus lyrics

 

© Daniel NDIEH

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Equipe Maroc

CAN 2015: le Maroc disqualifié par la CAF

Qatar

Le Qatar pour organiser la CAN 2015?