in

Crise anglophone : Voici les chefs d’accusations contre Ayuk Tabé et compagnie

ayuk julius tabe et ses collaborateurs

Le procès au pénal s’est ouvert ce jeudi 6 novembre 2018 au tribunal militaire de Yaoundé. Les charges retenues contre les membres du  gouvernement de l’Etat imaginaire d’Ambazonie, ont été dévoilées. Lebledparle.com, vous présente ces chefs d’accusations.


ayuk julius tabe et ses collaborateurs
Ayuk Tabe et Cie – DR

Il s’agit au total de 11 chefs d’accusation retenus contre les leaders sécessionnistes. Julius Ayuk Tabe, Nfor Ngala Nfor, Tassang Wilfried Fombang, Henry Kimeng, Cornelius Njikimbi Kwanga, Fidelis Che, Che Augustine Awasum, Egbe Ogork, Eyambe Elias et Shufai Blaise Sevidzem, sont accusés d’apologie des actes de terrorisme, de sécession, de complicité d’actes de terrorisme, de financement des actes de terrorisme, de révolution, d’insurrection, d’hostilité contre la patrie, de bande armée, de propagation de fausses nouvelles, d’atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, et de défaut de Carte nationale d’identité.

Pour approfondir :   Anzhi Makhatchkala: Samuel Eto'o vers la porte de sortie?

La première comparution devant le tribunal militaire, a eu lieu sur fond de polémique. L’objet de la polémique a porté sur la présentation des témoins de l’Etat du Cameroun. En effet, le commissaire du gouvernement a présenté à la Cour une liste de soixante-dix-neuf témoins que le conseil de ma défense a contestée. Ils s’insurgent contre le fait de n’en avoir reçu copie que la veille du procès, contrairement aux dispositions du Code de procédure pénale qui établit un délai de cinq jours. Face à cette discorde, la Juge Abega Mbezoa épouse Eko Eko a renvoyé l’affaire au 10 janvier 2019.

Pour approfondir :   Crise anglophone : Les Nations Unies demandent le rétablissement d'internet

Pour rappel, ces leaders séparatistes sont jugés sur la base des articles 2, 3, 5, 8 de la loi du 23 décembre 2014 portant répression des actes terroriste. Cette disposition juridique fixe les condamnations minimales de dix ans de prison en cas de condamnation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Celestin Bedzigui lettre Paul Biya 1

Retrait de la CAN 2019 au Cameroun : Célestin Bedzigui demande à Paul Biya de « Suspendre immédiatement le COCAN »

Ayuk tabe 1

Crise anglophone : Ayuk Tabé et ses collaborateurs refusent la nationalité camerounaise