in

Cinéma : Le film “DISAPPEARED” de Romario Tchoupou projeté à paris

Le temps d’une soirée, le Film camerounais s’est hissé dans le ciel de Paris, parmi les étoiles pour éclairer de son message toutes les âmes, sensibles ou non. Après un bel accueil à Douala au Cameroun, “Disappeared” puisqu’il s’intitule ainsi, long métrage produit par Wouri Entertainment, a été projeté le 19 novembre dernier au cinéma Le Lincoln dans une salle comble. Retour sur une soirée partagée entre rire et tristesse en l’honneur de la cause albinos.

316533910 3222238554753582 7528082610605251633 n 1

Entre tabous, discriminations, us et coutumes, les albinos restent trop souvent en marge de la société, relégués à ce niveau par des préjugés relayés par les autres. Wouri entertainment s’est appesanti sur ces discriminations, avec à cœur de les dénoncer, de sensibiliser, pour produire un long-métrage mi-dramatique, mi-comique d’un peu plus de 100 minutes.

Un film aux multiples facettes

Face à la problématique du film, les esprits semblaient quelque peu mitigés au début de la projection. Craintifs face à la suite des événements, les regards étaient néanmoins attentifs sur les moindres faits, gestes et paroles des acteurs. Pourtant, très vite l’atmosphère s’est détendue, dévoilant les premières intentions du film, celles d’éviter de tomber dans l’anxiété que pourraient susciter les discriminations, quelles qu’elles soient. Le film avait donc ce côté comique, pas toujours mais souvent, visant à déminer les aspects sombres, les dépréciations et les injustices.

En outre, ce long métrage, assez singulier dans la véhiculation de son message, a apporté un autre regard sur les albinos en particulier, sur toutes les personnes discriminées en général. Le personnage principal Vanessa, une albinos vivant dans la précarité avec ses parents, s’est illustrée par une personnalité forte, un mental paré à toutes épreuves et une volonté de fer de poursuivre ses rêves au détriment de sa condition sociale et des injustices subies. Son mot d’ordre: La résilience. Le film s’achevait donc sur cet écho accompagné d’un regain d’espoir salué par le public.

L’équipe technique a répondu présente

Au terme de la projection, un autre moment se profilait à l’horizon, celui des présentations. L’assistance a eu le plaisir de faire connaissance avec l’équipe technique du film représentée par les producteurs, Paulette Fotsing et Patrick Kengne Kamga, mais aussi la scénariste Sophie Audrey Ngo Mang, symbole de la jeunesse derrière cette œuvre. Lors de cette partie, la lumière a été sommairement faite sur les motivations et raisons d’être du film.

 

WhatsApp Image 2022 12 05 at 22.56.33

Moment de partage

Il s’en est suivi une séance de questions-réponses dirigée par la production et visant à mieux comprendre cette œuvre tant sur le plan technique que sémantique. Les interrogations étaient pleines les têtes, preuves d’un film qui aura laissé son empreinte d’une manière ou d’une autre. La majorité s’est donc prêté au jeu, posant sans ambage sa question ou émettant remarques et suggestions. Dans le plénum, des invités de marque mais aussi des représentants de média tel que Radio Africa ou encore Le bled parle entre autres ont marqué leur présence. Le cinéma camerounais semble en marche!

WhatsApp Image 2022 12 02 at 14.41.05 1    WhatsApp Image 2022 11 21 at 11.32.33

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

calixthe Beyala

Calixthe Beyala : « Le pouvoir doit changer de mains et de région »

1 1

Un collectif d’artistes camerounais réclame 100 millions de FCFA de droit d’auteur au recteur Minkoa She