in

CAN Egypte 2019 : La Fédération burundaise de football exclut l’un de ses meilleurs joueurs

Burundi

Les Hirondelles du Burundi entreront en compétition ce samedi 22 juin 2019 sans leur attaquant percutant Ndikumana Yamini Selemani.

Burundi
Ndikumana Yamini Selemani (c) Droits réservés

La sélection burundaise est désormais au nombre de 22 au lieu de 23 comme au départ. Pour cause, la suspension de son attaquant Ndikumana Yamini Selemani, par la Fédération burundaise de football le vendredi 21 juin 2019.

« Le joueur Ndikumana Yamini Selemani, ne fait plus partie de l’équipe nationale du Burundi qui participe à la CAN 2019. La décision du renvoi a été prise aujourd’hui par le staff technique, après un comportement d’indiscipline manifesté par ce joueur, violant ainsi les consignes de conduite et de solidarité que se sont convenus les joueurs et le staff pour défendre les couleurs nationales », a décidé la Fédération burundaise de football sur sa page Facebook.

Pour approfondir :   André Onana avant le match : « J'ai connu plus grand que le Nigéria »

Le Burundi disputera son tout premier match de l’histoire de la CAN ce 22 juin 20019 à 17 h GMT contre les Super Eagles du Nigéria qui en dix-sept participations, ont dans leur palmarès trois coupes d’Afrique des Nations remportées en 1980, 1994 et en 2013.

Le pays de John Obi Mikel a aussi remporté les jeux olympiques en 1996 et a été qualifié à six reprises à une phase finale de coupe du monde.

Le duel s’annonce donc alléchant entre les Hirondelles qui sont déterminées à laisser leur image de marque pour cette première participation et les Super Eagles dont l’ objectif de voir leur indice de trophée continental augmenter.

Pour approfondir :   Le Cameroun maintient son rêve de remporter de remporter la Coupe du monde 2022


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

senegal

J. Remy Ngono : « Comme d’habitude, le Sénégal et l’Algérie sont favoris sur le papier »

Owona Nguini

Owona Nguini : « La politique sérieuse et responsable ne saurait se construire sur la base de la manipulation »