in

Cameroun : « Ongola Samba », la salle des fêtes de la Communauté urbaine de Yaoundé inaugurée

Ongola Samba, la salle des fêtes de la Communauté urbaine de Yaoundé

Chic et somptueuse. La nouvelle salle des fêtes de la Communauté urbaine de Yaoundé (CUY) dénommée « Ongola a Samba » et inaugurée le mercredi 14 décembre respire le luxe.


Ongola Samba, la salle des fêtes de la Communauté urbaine de Yaoundé
Ongola Samba, la salle des fêtes de la Communauté urbaine de Yaoundé

Lustres en verre et lambris, jeux de lumière, les tables et chaises haut de gamme aux couleurs tricolores bien disposés. C’est le décor qu’affiche cette salle de fêtes d’une capacité d’accueil de 600 à 1 000 places. On y retrouve aussi des podiums réservés pour la prestation des artistes, une piste de danse. Bref tout un dispositif pour les adeptes des cérémonies glamour. Son inauguration s’est faite mercredi dernier autour d’un bon repas accompagné d’animations artistique et culturelle en présence du délégué du gouvernement auprès de la Cuy, Gilbert Tsimi Evouna et d’autres personnalités.

Pour approfondir :   Cameroun : La députée PCRN Rolande Ngo Issi prête serment au conseil supérieur de la Magistrature

Bien spacieuse, la pièce est située au troisième étage du nouveau bâtiment de l’hôtel de ville. Elle dispose de toutes les commodités : une vue plongeante sur la ville, une mezzanine pour les invités de marque, un vestiaire, une salle de buffet, etc. Pour Gilbert Tsimi Evouna, « C’est une contribution de plus pour le rayonnement de la cité-capitale. Les Yaoundéens ont désormais une autre salle de fêtes. Elle est réservée à ceux qui ont du goût et qui veulent faire quelque chose de bien ».

Pour approfondir :   Après la brouille entre certains médias et le Minat, Peter Essoka convoque les patrons de presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Identification

Cameroun : Le taux d’accès à l’Internet a atteint 25,6% en 2015

Hopital

Dolutegravir, un traitement contre le SIDA à l’essai au Cameroun