in

Cameroun : Malaise entre les jeunes de la Mvila et ceux du Dja et Lobo au sujet de Fame Ndongo ?

jeune du sud

Dans son article publié le 26 octobre 2019, lebedparle.com, reprenant un article du journal La Météo, signalait que le ministre d’État, ministre des Enseignements supérieurs, le professeur Jacques Fame Ndongo, était la cible d’une attaque dont la mission serait de mettre plus bas que terre sa personnalité.

jeune du sud
Les jeunes du Sud autour de Jacques Fame Ndongo (c) Droits réservés

Dans un communiqué radio presse signé le 26 Octobre 2019, le président régional du Conseil national de la jeunesse du Cameroun (CNJC) pour la région du Sud, Cyrille Ngo’o Ateba évoquait des manœuvres de chantage, tout en exprimant la désolation de la jeunesse de la région du Sud.

« Face à ces élucubrations qui ternissent l’image de la jeunesse de la région du Sud d’une part et d’un homme qui assume avec rigueur, probité et sagacité ses fonctions au sein du gouvernement, de sa famille politique le RDPC, de chef traditionnel, la jeunesse de la région du Sud se désolidarise de cet impertinent enregistrement qui est aux antipodes de la morale, de l’éthique, des US et coutumes des peuples du Sud », pouvait-on lire dans le communiqué de Cyrille Ngo’o Ateba.

À en croire le média Cameroun actuel, même si cette sortie du président régional du CNJC pour le Sud, originaire du département du Dja et Lobo, n’est pas du goût de tous les jeunes de la région, hors micro et dans les réseaux sociaux plusieurs jeunes estiment que la promotion de Jacques Fame Ndongo ne profite en rien au département de la Mvila.

Néanmoins, pour ces jeunes, l’intervention du président régional du CNJC pour le Sud relève de la manipulation et de la recherche du positionnement. C’est d’ailleurs ce que pense Stéphane Endezoum, président fondateur de la Fondation George Weah, l’auteur de l’enregistrement : « mes propos concernaient la jeunesse du département de la Mvila. Et aucun jeune, je dis bien aucun jeune de la Mvila, n’a critiqué mes propos si ce n’est un charognard du Dja et Lobo à la recherche du positionnement personnel ».

Cameroun Actuel déplore que, malgré les multiples initiatives qui sont prises pour l’épanouissement de la jeunesse, les concernés estiment que ces efforts ne font pas l’affaire. Pour eux, le mal est là. Les jeunes sont maintenus dans la précarité. « Mais entre les jeunes du département du Dja et Lobo et ceux de la Mvila, le torchon brûle. Les jeunes de la Mvila reprochent à ceux du Dja et Lobo d’avoir hué le Professeur Jacques Fame Ndongo lors des émeutes de Sangmelima il y’a quelques semaines. Pour cette raison, la jeunesse de la région du Sud est à couteaux tirés », peut-on lire dans le journal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

22

Cameroun : De nouvelles stratégies pour neutraliser la progression du VIH/SIDA dans le Sud

20181030 105223

Tribune : Nathalie Koah, la révolution de l’activité éditoriale au Cameroun ?