in

Cameroun : Les présumés agresseurs du Pr Claude Bekolo mis aux arrêts

Bekolor.jpg

Le dernier de la bande de six présumés malfrats a été interpellé le 10 mars 2021, selon les informations délivrées par Cameroon Tribune dans sa parution du 11 mars 2021.

Bekolor.jpg

Les présumés agresseurs (c) Droits réservés 

Les agresseurs du Pr Claude Bekolo, doyen de la faculté des Sciences économiques et de gestion appliquée de l’Université de Douala, ne se délecteront pas de leur forfait. Ils viennent d’être rattrapés par la police un mois après.  

« Sur cette liste noire, l’on retrouve Sow Hamady Demba, 54 ans; François Mbida, 40 ans; Baba Hamidou, 42 ans, Lliasu Rago, 39 ans; Maidi Bagama, 38 ans et Vincent Ekobo Ekobo, 40 ans», peut-on lire dans le quotidien national bilingue.

Selon le commissaire divisionnaire, Moïse Emane Emane, chef de la Division régionale de la Police judicaire du Centre confié au journal de Marie Claire Nnana, « le 10 février dernier vers 23h, le Pr. Claude Bekolo, a été agressé à l’entrée de son domicile, à Mikan par trois individus armés, à bord d’une moto Ceux-ci l’auraient pris en filature à partir de Mvan, alors qu’il revenait de Douala en compagnie de son fils. Les assaillants ont emporté son véhicule, les téléphones, un ordinateur portable, une importante somme d’argent et de nombreux autres effets personnels. Saisi le 11 février, le délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguele, a donné des instructions afin que l’affaire soit rapidement élucidée », relate-t-il.

A en croire la même source, « En moins de 24 heures, les recherches menées avec l’appui des Equipes spéciales d’interventions rapides, incluant l’analyse des données de géolocalisation, la filature, les planques et les embuscades tendues ont permis de repérer et de retrouver sa voiture au quartier Tsinga village. L’homme soupçonné d’être le commanditaire de ce forfait, le nommé Iliasou Rago, repris de justice, a été appréhendé dans une buvette dans le même quartier. Les perquisitions aux domiciles de ces individus ont aidé à retrouver les effets de la victime », clarifie-t-il dans les colonnes du quotidien gouvernemental.

Notre confrère fait savoir que les premiers suspects ont été appréhendés le 11 février 2021 et le dernier n’a été rattrapé que le 10 mars 2021 à Ngaoundéré, dans la région de l’Adamaoua. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fonction publique

Fonction Publique : L’absentéisme a fait son nid

Bamessingue : Il tue sa copine enceinte de 7 mois