in

Cameroun : Les pirates du compte Facebook d’Elecam mis aux arrêts

97f79f79a08b533ec43abbe996211e70 XL

Grâce au concours de l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication (ANTIC), la police a fini par mettre la main sur ces cybercriminels qui avaient piraté le compte Facebook d’Elections Cameroon, a appris lebledparle.com. 

97f79f79a08b533ec43abbe996211e70 XL
Elecam (c) Droits réservés 

Selon des informations parvenues à notre rédaction le 30 juillet 2020, ces présumés pirates ont été présentés aux hommes de médias le 29 juillet 2020 et l’un d’eux, le nommé Tata Wahri Derek est d’ailleurs passé aux aveux en déclarant « faire partie de ceux qui ont tenté de récupérer le compte Facebook d’Elecam », qui est l’organe chargé de l’organisation des scrutins électoraux au Cameroun.

Pour mettre la main sur ces malfaiteurs, la police a fait appel à l’expertise de l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication (ANTIC). Les spécialistes de cet organisme se sont attelés à rassembler les preuves démontrant la culpabilité de Tata Wahri Derek ainsi que celle de son complice le nommé Verdzedzru Felix.

Pour approfondir :   Cameroun : Panique à Yaoundé, une bombe artisanale explose à Damas et blesse plusieurs personnes

Selon les dires de Prosper Djoursoubo Pagou, l’un des experts de l’ANTIC, ils ont mené des perquisitions « qui ont permis de saisir des ordinateurs et des téléphones ». Ces appareils ont par la suite été analysés, ce qui a permis de « récupérer les éléments de preuve que les suspects avaient essayé de supprimer ».

Rappelons qu’en date du 23 juin 2020, lle compte Facebook d’Elecam avait fait l’objet d’un piratage. Pendant le temps que va durer ce crime, un message attribué au président national du MRC, le Professeur Maurice Kamto, sera affiché sur la page de Facebook de l’organe en charge des scrutins électoraux au Cameroun. Selon les informations recueillies à bonne source, les pirates auraient par ailleurs essayé de prendre les commandes du site internet d’Elecam.

Pour approfondir :   Municipales et législatives 2019 : à quelles périodes auront lieu les élections ?

D’après le chef service de sécurité à la Direction de la police judiciaire l’officier de police Henri Keya, ces présumés pirates risquent une peine d’emprisonnement allant de 5 à 10 ans.   


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1587455897actu

Le Cameroun a dépensé environ 2,7 milliards FCFA dans pour l’exportation des champagnes en 2019

Lycee Bepc

Victimes de surmenage, trois candidats abandonnent la composition du BEPC