in

Cameroun : Voici le coût total de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018

Elecam080318500

Elections Cameroon (Elecam), organisme en charge de l’organisation des élections au Cameroun à rendu public un rapport annuel qui dresse le bilan de l’élection présidentielle scrutin du 7 octobre 2018.

Elecam080318500
Elecam (c) Droits réservés 

Dans ce rapport parvenu à notre rédaction, lebledparle.com constate que l’organisation globale de l’élection présidentielle camerounaise en 2018 a coûté plus de 20 milliards FCFA à l’État du Cameroun : « Fidèles au principe de financement des élections sur fonds propres, les pouvoirs publics ont fait recours à l’organisation du scrutin du 7 octobre 2018. Les virements reçus par Elecam de la part du ministère des Finances dans le cadre de l’organisation du scrutin s’élèvent à 22 469 700 000 », peut-on lire dans le rapport.

En gros, les dépenses concernaient les acquisitions diverses, les prestations diverses, les divers frais d’organisation, les commodités, indemnités, appuis, frais de fonctionnement, gratifications et enfin, le décaissement en faveur du Conseil électoral. « Soit un total dépenses de 22 422 699 821 FCFA et un reliquat de 47 000 179 FCFA», renseigne le rapport d’Elecam.

Dans ce document de 208 pages, on y retrouve également les recommandations formulées par les observateurs électoraux ainsi que les acteurs du processus électoral.

Les premiers souhaitent qu’Elecam « améliore le système biométrique de manière à rendre possible la délivrance de la carte d’électeur à l’inscription ; explore les voies et les moyens d’afficher longtemps à l’avance les listes électorales pour permettre aux électeurs d’identifier leurs bureaux de vote avant le jour du scrutin ; renforce la prise en compte du handicap ; fasse de la prise en compte du genre un élément essentiel du processus électoral ».

Pour les seconds, l’État doit œuvrer pour améliorer le processus électoral. En effet, le gouvernement camerounais est invité à « ramener la majorité électorale de 20 à 18 ans ; adopter l’usage du bulletin de vote unique et de l’enveloppe à double poche (comme moyen de lutte contre l’achat de consciences) ; autoriser les huissiers de justice à travailler exceptionnellement les jours de vote ». Elecam envisage par exemple « réfléchir à la nécessité de faciliter le vote des personnes déplacées dans leur pays d’origine et dans leur région/région d’accueil ; afficher les listes d’électeurs mises à jour fréquemment et sur le site web de Elecam ». 

Aussi, le ministère des Finances (Minfi) est invité à « augmenter l’enveloppe budgétaire de Elecam pour permettre à l’institution de mettre en œuvre certaines recommandations pertinentes ; reconsidérer l’importance de l’art. 35 (1) du Code électoral qui stipule que les dépenses de Elecam sont prioritaires ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    BOUTEFLIKA

    Algérie : Le frère de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika devant la barre

    Me Tchakounte

    Cameroun : Tchakouté dément les allégations qui lient l’Ordre des avocats au barreau à un parti politique