in

Cameroun: La revue de presse de ce vendredi 11 octobre 2019

Cameroun: La revue de presse de ce vendredi 11 octobre 2019

Bonjour, très chers abonnés, vous faites bien de nous rester fidèles. Bienvenus à la revue de presse lebledparle.com édition de ce 11 octobre 2019. On aimerait vous offrir des informations légères ce vendredi pour vous permettre de mieux entamer votre week-end, mais le contexte sociopolitique ne s’y prête pas.

Cameroun: La revue de presse de ce vendredi 11 octobre 2019
Les Unes en kiosque ce matin

Comme tous les matins, nous allons parcourir avec vous, l’essentiel des informations parues dans la presse camerounaise ce vendredi. Nous commençons avec Le Messager de feu Pius Njawé.

Ce matin, le journal de la montée Anne-Rouge nous amène en France où le chef de l’Etat Paul Biya prend part au Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le Paludisme. Le Messager indique à sa page 3 que les activistes de la Brigade Anti-sardinards ont pris d’assaut l’hôtel où séjourne Paul Biya et son épouse. Une exaction qui a connu une riposte de la police française. C’est à lire impérativement dans ce journal ce matin.

Si Le Messager s’intéresse aux agitations de la Brigade Antisardinards, Cameroon Tribune penche plutôt au tête-à-tête entre Emmanuel Macron et Paul Biya. Le journal de Marie-Claire Nana nous apprend que les deux chefs d’Etat ont revisité la coopération bilatérale, le Grand dialogue national, les questions de défense et de sécurité, l’agenda de la CEMAC… Lire ce matin dans les colonnes du quotidien bilingue national, le récit des envoyés spéciaux en page 2 et 3.

Revenons au pays plus précisément dans la ville de Sangmelima, avec le quotidien bleu d’Hamann Mana. À sa grande Une ce vendredi, Le Jour écrit : « Sangmelima s’est salie… ». Dans le récit que propose le journal dans sa page 3 de son numéro en kiosque ce matin, l’on apprend que les actes de vandalisme qui secouent cette ville de la région du Sud depuis mercredi se sont poursuivis hier jeudi. Les faits sont contenus dans Le Jour de ce jour.

Un autre quotidien bleu dans les kiosques ce matin, c’est celui de Jules Brice Ngaba. À sa une ce matin, le journal propose la lettre ouverte à Paul Biya contre le ministre Paul Atanga Nji, après le Grand dialogue national qui s’est achevé le 4 octobre 2019 au Palais des Congrès de Yaoundé. Retrouvez l’intégralité de cette lettre dans les colonnes du journal Le Quotidien.

L’Épervier de Léopold Clovis Noudjio parle aussi du séjour de Paul Biya en terre française. Sous fond de la célébration d’une victoire, notre confrère s’interroge ce matin. « Que diront encore toute honte bue, les détracteurs du chef de l’État, qui lui présidaient un séjour agité du côté de Lyon en France ? ». L’information est traitée en page 2 et 3 dans L’Épervier.

Autre chose à lire dans la presse camerounaise ce matin, c’est la boude de la réception des machines à l’imprimerie nationale à Yaoundé. C’est à lire en page 2 du quotidien L’Économie parue ce matin. Selon le journal, les inspecteurs du ministère des Marchés publics estiment que le matériel ne répond pas aux caractéristiques du marché tel que prévu par le cahier des charges dans le contrat-plan signé avec le gouvernement camerounais en 2016.

On poursuit notre exercice avec Le Soir d’Armand Mbianda. Le trihebdomadaire nous amène au ministère des Finances pour reparler de l’affaire Leubou et Lefang. « Les vérités volent en éclat entre Leubou et Lefang », c’est le titre qui est choisi par Le Soir de ce matin. On page 3, l’on apprend que la confrontation organisée en début de semaine dernière par le juge d’instruction, et qui réunissait le suspect N° 1 (Leubou Ndlr), son dénonciateur, et d’autres coaccusés dans l’affaire, a donné lieu à des conclusions d’une expertise en cybercriminalité. Les détails sont à lire absolument dans les colonnes du journal Le Soir en kiosque ce vendredi.

Essingan, le trihebdomadaire de Marie-Robert Eloundou est aussi en kiosque. Le journal écrit à sa grande Une ce matin : « Sale temps pour les brebis galeuses ». Notre confrère indique que Joseph Beti Assomo, ministre délégué à la défense a annoncé des sanctions contre les dirigeants du 5e contingent camerounais de la Munisca.

Un autre trihebdomadaire arrivé à notre rédaction, c’est celui de Guibai Gatama, L’œil du Sahel. En sa page 3, le journal de la nouvelle route Bastos nous apprend que l’ex-directeur de la CRTV, Amadou Vamoulke demande une liberté provisoire au tribunal.

Mutations de ce matin, évoque aussi la rencontre entre Paul Biya et Emmanuel Macron hier à Lyon. Le mutant indique que la joie du chef d’État camerounais était perceptible. Retrouvez dans les colonnes du quotidien Mutations, l’intégralité de l’échange entre les deux hommes.

Du lundi au vendredi, lebedparle.com vous propose un panorama de la presse quotidienne, une revue de presse des titres sur l’actualité camerounaise. Merci de nous rester fidèle. N’hésitez pas à aller en kiosque vous procurer votre journal à 400 FCFA, pour vous informer à bonne source et faire vivre la presse. Excellent week-end à tous, et à lundi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cameroun : les entreprises doivent respecter les droits de l’homme

    Cameroun : les entreprises doivent respecter les droits de l’homme

    Cameroun : Le ministre Mbarga Mboa cité dans l’enlèvement d’un prêtre 

    Cameroun : Le ministre Mbarga Mboa cité dans l’enlèvement d’un prêtre