in

Cameroun : Délaissés après leur formation depuis les années, les enseignants manifestent leur ras-le-bol

Capiemp cam

C’est depuis deux jours que ces enseignants formés crient haro à Yaoundé.

Capiemp cam
Image des grévistes (c) Droits réservés

C’est une ambiance de deuil d’une personne chère au ministère de l’Education de Base depuis deux jours. Hors de la clôture du ministère que dirige le Pr Laurent Serges Etoundi Ngoa, ces citoyens qui brûlent d’impatience de transmettre les connaissances et gagner leurs vies sont aux abois.

Il s’agit des enseignants formés pour la plupart depuis une dizaine d’années mais non encore intégrés à la Fonction publique et dont l’âge ne répondra plus bientôt aux critères de recrutement.

Origine de la grève

Ce qui a provoqué leur courroux c’est intégration de 3000 enseignants de l’Education de Base dans la Fonction publique où ils ont vu leurs noms écrits en blanc sur un papier de format de couleur tout aussi blanche. Ils dénoncent par-là, les irrégularités dans le processus de recrutement.

Pour approfondir :   [Point de vue] Copiez, au lieu de vous moquer de Ngannou !

Assis à même le sol, sur les cartons ou alors tenus debout, les professionnels de la craie qui manifestent leur colère sont titulaires du brevet d’enseignant de première année, une équivalence du Certificat d’aptitude professionnelle des instituteurs de l’Enseignement maternelle et primaire(Capiemp).

Manifestation de la colère

Leur mécontentement est visible aux affiches écrites au stylo et en gros caractères : « Nous aimons notre pays, nous aimons notre travail, l’enseignement », peut-on y lire. 

Dans le même ordre d’idées, les enseignants interpellent les initiateurs des recrutements : « Nous vieillissons », informe un enseignant qui sera bientôt à la limite de l’âge et à un autre de renchérir : « Respect des critères de sélection, priorité aux plus âgés, ancienneté du CAPIEMP ».

Pour approfondir :   Cameroun : Plus de 200 ex-combattants nigérians de Boko Haram accueillis au centre de transit de Meri dans l’Extrême Nord

Les plaintes de ces enseignants ne marqueront certainement pas l’indifférence du ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative qui, de concert avec le ministre de l’Education de Base, pourront trouver une solution idoine pour se prémunir de la scène vécue lors de la grève de ceux de l’Enseignement supérieur en décembre 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Décès d’une figure de Basket-ball dans la Région du Sud

Plan d’urgence à Ngaoundéré : Le gouverneur remet les clés aux bénéficiaires