in

Cameroun : Après Pascal Monkam, le Haut-Nkam est à nouveau en deuil !

Bakassar.jpg

Le chef supérieur de 2ème degré du groupement Bakassa, dans l’arrondissement de Bana, département du Haut-Nkam dans la région de l’Ouest a tiré sa révérence le 10 mars 2021.

Bakassar.jpg

SM Sébastien Ngako

Le village Bakassa est une fois de plus en larmes. Après la disparition de l’homme d’affaires Pascal Monkam il y a quelques semaines, c’est le tour du chef de village. Né en 1924 à Bakassa, c’est le 10 mars 2021 que Sa Majesté Sébastien Ngako a quitté la terre des hommes «de suite d’une longue maladie », selon le communiqué du préfet Luc Ndongo.

«En cette circonstance douloureuse, il adresse à la famille durement éprouvée, à toutes les populations du Groupement Bakassa et l’Association des chefs supérieurs du département du Haut-Nkam les sincères condoléances de Monsieur le ministre de l’Administration Territoriale auxquelles il associe l’expression de sa profonde compassion», peut-on lire dans le communiqué de l’administrateur civil.

L’auteur du livre « Je m’en souviens »(un chef d’œuvre qui retrace les tradition africaines) aura passé plus de 70 au trône. L’infirmier formé à l’école d’infirmiers d’Ayos, spécialiste de l’hygiène, de la prophylaxie et de la détection des maladies contagieuses succède à son père en 1950.

L’homme qui a effleuré le siècle est parmi la cuvée des personnels soignants envoyés en 1946 à Kousseri pour lutter contre une épidémie de méningite.

De retour à Yaoundé en 1947, il lutte activement contre la maladie du sommeil, le pian et la syphilis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ham Bak

Décès d’Hamed Bakayoko : Les hommages de la classe politique ivoirienne

DelanoTaba.jpg

Cameroun : Où est passé, Franck Eyono Ebanga, le sous-préfet présumé assassin de Lydienne Taba ?