in

Cameroun : Où est passé le projet de la TNT et de la réhabilitation de la CRTV ?

TNT

Le basculement à la télévision numérique terrestre (TNT) et la réhabilitation de la CRTV estimés à 110 milliards FCFA devaient s’achever en juin 2015. Depuis lors, le dossier est rentré aux oubliettes. L’office de radiodiffusion du Cameroun et le gouvernement n’en parlent plus.

TNT
Télévision cryptée (c) capture photo

EcoMatin, dans son numéro de ce 2019 mai 2019 indique qu’après un mois de retard sur la date butoir fixée par l’Union internationale des télécommunications (Uit), le gouvernement avait annoncé en grande pompe, le 14 juillet 2015, le basculement du Cameroun à la Télévision numérique terrestre (TNT).

« En sa triple qualité de ministre de la Communication (Mincom), de vice-président du Comité national de pilotage de la migration de l’analogique au numérique (Cameroon Digital Television project-Cam-Dtv) et de président du conseil d’administration de la Cameroon Radio Television (CRTV), opérateur choisi par le gouvernement pour opérer cette migration, Issa Tchiroma Bakary, avait indiqué que 1000 ménages de Douala et Yaoundé étaient concernés par cette phase technique au terme de laquelle les décodeurs destinés aux téléviseurs analogiques devaient être mis en vente à un prix suffisamment accessible aux populations. 12 chaînes dont huit nationales (CRTV, Canal 2 International, Équinoxe Tv, Vision 4, Stv, Ltm, Dbs et Camnews 24) et quatre étrangères (France 24, Bbc World News, TV5 Monde Afrique et Tiji) constituaient le bouquet Cam-Dtv, extensible à une trentaine de chaînes. Il avait également donné un délai de deux ans pour que les huit autres chefs-lieux de régions soient couverts par la TNT », apprend-on dans le journal EcoMatin.

Selon notre confrère, « cette migration de l’analogique au numérique incluait la réhabilitation de la CRTV qui disposait depuis plusieurs années d’un outil obsolète, pour un coût global de 110 milliards FCFA. À la suite de ce basculement, la CRTV télé devait éclater en six avec la naissance de cinq chaînes thématiques. À ce jour, seul Crtv News, lancé l’année dernière, diffuse effectivement. Crtv Sports, annoncés pour ce mois de mai, n’en est encore qu’à des essais. Du matériel de pointe avait pourtant été acquis, notamment de nouveaux émetteurs installés à Yaoundé et Douala en plus de celui Camtel, utilisé dans la phase pilote, une demi-douzaine de cars de production dotés de 20 et 12 caméras. Pour la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 attribuée au Cameroun et finalement retirée par la Confédération africaine de football (Caf), ce matériel devait servir à produire le signal international HD, ainsi que l’avait exigé l’instance faîtière du football africain ».

Aujourd’hui, comme l’indique EcoMatin, ce matériel dernier cri, qui a fait ses preuves lors de la Can féminine organisée au Cameroun en novembre et décembre 2016, est sous-utilisé, avec tout ce que cela comporte comme risques d’amortissement.

Pour approfondir :   De vives tensions à Foumbot dans la région de l’Ouest

Si le coût global des équipements acquis pour le compte de la CRTV n’a jamais été communiqué officiellement, il faut relever que le gouvernement n’a pas mis entièrement à disposition les fonds nécessaires pour l’opérationnalisation de la TNT dans le pays.

Sur le terrain, quatre ans après, le bouquet Cam-Dtv, distribué par le ministère de la Communication à certaines administrations publiques et privées lors du lancement, a non seulement gardé le nombre de chaînes de départ, mais il est crypté en permanence.

Pour approfondir :   Camair-Co : un conseil de vérité demain ?

Étonnamment, tout se passe comme si ni le gouvernement ni la CRTV ne voulaient plus parler du basculement à la Télévision numérique terrestre. Le Comité national de pilotage de la migration de l’analogique au numérique, présidé par l’ex-Premier ministre, Philemon Yang, est simplement en hibernation.

Pour mémoire, la mise en œuvre du projet de basculement de l’analogique au numérique au Cameroun a été instruite par le président de la République en 2009, soit trois ans après l’accord de Genève (Suisse) de 2006, signé à l’initiative l’Union internationale des télécommunications (Uit). Les pays africains avaient alors jusqu’au 17 juin 2015 pour s’arrimer à cette technologie qui offre une plus grande ouverture au marché et surtout, qui booste les capacités de production en termes de chaînes à diffuser.

Avec « la migration du Cameroun vers la Télévision numérique terrestre », « je peux vous dire que le chef de l’État a été divinement inspiré. Car grâce à cette technologie, l’on économisera à terme plus de 100 milliards FCFA », avait juré l’ex-ministre de la Communication, lors d’une conférence de presse, en juin 2015 à Douala.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ekanga et Cabral

Manifestations du 01 juin : Après Serges Espoir Matomba, Wilfried Ekanga écrit à Cabral Libii

Cameroun : Des hauts fonctionnaires du Minrex impliqués dans un réseau de fraude douanière