in

Cameroun: 20 milliards Fcfa pour la construction de la route Ketta-Djoum, au sud

Route cmr

L’accord de prêt y relatif doit être paraphé par le ministre camerounais de l’Economie et la BDEAC, selon un décret signé du chef de l’Etat Paul Biya.


Route cmr
DR

Le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, a signé un décret autorisant le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire à signer, avec la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), un accord de prêt d’un montant de 20 milliards FCFA destinés au financement partiel du projet d’aménagement de la section de route Mintom-frontière du Congo-Brazzaville, dans le cadre de la phase 2 du projet d’aménagement de la route Ketta-Djoum située au sud-est du pays.

Pour approfondir :   Après le ciment, le Nigérian Aliko Dangote annonce des investissements dans deux autres secteurs

D’un linéaire total de 504,5 kilomètres pour un financement total estimé à 248,201 milliards FCFA, l’axe en projet revêt un caractère régional structurant en ce sens qu’il constituera, à son inauguration, l’un des principaux maillons du corridor alternatif au corridor Windhoek (Namibie)-Tripoli (Libye) pour relier la République centrafricaine au Cameroun, au sud du Gabon de manière à assurer l’interconnexion avec la route Brazzaville-Pointe-Noire, au Congo.

Selon le plan de financement, et en dehors de la BDEAC, la Banque africaine de développement devrait y apporter 120,830 milliards FCFA, contre 58,423 pour l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), tous sous la forme de prêts-projet auxquels il faudra ajouter 10,169 et 39,424 milliards FCFA respectivement des gouvernements camerounais et congolais dans le cadre de la contrepartie nationale.

Pour approfondir :   Coronavirus : L’OMS vole au secours du Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Paul Biya

Cameroun uni et indivisible: malgré tout, Biya n’a pas fragilisé l’unité nationale

Remy Nsabimana - BBC

Rémy Nsabimana : « Quand la BBC vous appelle et vous propose un contrat à 23 ans… C’est une grâce divine »