in

Affaire CRTV : Gervais Mendo Ze et Polycarpe Abah Abah écopent de 38 ans d’emprisonnement ferme

Abah Abah Mendo Ze

La sentence a été prononcé ce mardi 19 mars 2019, Tribunal criminel spécial (TCS) a appris Lebledparle.com.


Abah Abah Mendo Ze
Abah Abah et Mendo Zé – Mtg Lebledparle

Gervais Mendo Ze, ancien directeur général de la CRTV, a été condamné à vingt ans de prison ferme. Il était en détention provisoire depuis 2014 à la prison centrale de Kondengui, à Yaoundé. Il a été reconnu coupable du détournement de 18 milliards de francs CFA (environ 27,4 millions d’euros) dans les budgets de fonctionnement de la télévision nationale en 2004 et 2005.

Polycarpe Abah Abah, ancien ministre des Finances, a écopé de dix-huit ans de prison ferme. Emprisonné au secrétariat d’État à la Défense, où il purge une peine de vingt ans de prison dont il a écopé dans une autre affaire, il était accusé d’avoir détourné 205,873 millions de francs CFA des caisses de la CRTV.

Pour approfondir :   Directeurs généraux illégaux : Le Conseil constitutionnel rejette le recours de Dénis Emilien Atangana

Dans la même affaire, deux autres coaccusés, Jean-Marie Akono Ze et Jean-Paul Amang Bitegni, ont écopé de la même peine, soit dix-huit ans d’emprisonnement.

Avec ces quatre nouvelles condamnations dans le cadre de l’affaire des détournements de fonds publics de la CRTV n’est pas encore clos. En effet, un autre coaccusé du même dossier ne connait pas encore son sort. Il s’agit d’Amadou Vamoulké. Incarcéré depuis 2016, ce dernier, âgé de 69 ans, le successeur de Mendo Ze à la tête de la télévision nationale, a vu son procès renvoyé pour la 17ième fois le 1er mars. Une nouvelle audience est prévue le 1er avril prochain.

Pour approfondir :   Cameroun/Lions indomptables : Alexandre Belinga nommé entraineur par intérim - un appel à candidature ouvert


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mbombo Njoya Kameni

Carlos Kameni : « J’ai mon rôle en tant qu’aîné » au sein des Lions indomptables

ernest obama

Ernest Obama : « Si un enfant meurt du tramol, il faut accuser le gouvernement »