in

Lion en divagation dans le Mbam-et-Kim : le gouvernement camerounais fait appel à l’expertise étrangère 

lion en foret Mbam

C’est à la demande du ministère en charge des Forêts et de la Faune que le Dr Hans Bauer a fait le déplacement de l’Éthiopie pour le Cameroun.

lion en foret Mbam
Photo des lions en foret (c) Droits réservés

Réputé comme expert en lions, le Dr Hans Bauer va prêter main-forte au Comité de veille mis sur pied par le ministère des Forêts pour stopper les dégâts des quatre lions toujours en divagation dans le Mbam et Kim.

Arrivé au Cameroun très tôt ce 29 mai 2019, le Dr Hans Bauer a organisé trois réunions de sensibilisation au sein des populations du département du Mbam et Kim. Il est question d’indiquer auxdites populations les mesures préventives qu’il faut respecter pour minimiser les dégâts de ces fauves auprès des troupeaux de bœufs et des chèvres.

Pour approfondir :   Un alcootest inventé pour lutter contre le paludisme

Ce qui préoccupe l’expert actuellement c’est de pouvoir trouver des solutions scientifiques pour faire face à ces lions déchainés. L’une des solutions trouvées est leur translocation ou leur marquage aux colliers, pour suivre de près leur mouvement. Seulement cette solution nécessite de grands moyens financiers et d’importants moyens logistiques et humains.

De mémoire, le 27 mai 2019, au journal de 13 heures sur les antennes du poste national de la CRTV, l’on apprenait que deux lions en divagation dans le Mbam-et-Kim semaient la terreur dans les villages. Des informations du terrain, données par les autorités locales en collaboration avec la coopération allemande Giz, font état de ce que le nombre de fauves en divagation est de quatre.

Pour approfondir :   François Zoomevele, le promoteur de Radio Sud Basançon est mort !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cameroun : Des hauts fonctionnaires du Minrex impliqués dans un réseau de fraude douanière

Dialogue Paix Unite 1

Chronique : « Le Cameroun connait un violent conflit de valeurs »