in

Le Cameroun relance les privatisations

 L’accélération du processus de privatisation des entreprises Camtel, Scdp, Sodecoton, Camtainer et Cdc est prévue dans la feuille de route 2012 du ministère des Finances, dont Camerounactu a obtenu copie.

camtel770

Le document est peu bavard, mais indique clairement l’intention du gouvernement. Dans sa 5e section, la feuille de route du ministère des Finances (Minfi) pour l’exercice en cours a prévu « d’accélérer le processus de privation des entreprises des secteurs public et parapublic, notamment par la mise à jour des stratégies de privatisation de Camtel (Cameroon telecommunications, ndlr), Scdp (Société camerounaise de dépôts pétroliers, ndlr), Sodecoton (Société de développement du coton, ndlr), Camtainer (Société nationale de transport et de transit du Cameroun, ndlr), et des filières hévéa, palmier à huile et banane de la Cdc (Cameroon development corporation, ndlr) ».

Au Minfi, on se refuse à tout commentaire sur le niveau d’exécution de ladite action alors qu’on est quasiment rendu à la fin de l’exercice. Malgré tout, cette trouvaille de Camerounactu vient confirmer des informations sur la « vente » de certaines entreprises publiques révélées par l’hebdomadaire Repères. Dans son édition du 10 octobre, le journal rapportait des propos attribués à Ekoko Mukete, le vice-président de la Chambre de Commerce du Cameroun, présentant le climat des affaires à des investisseurs sud africains en prospection au Cameroun.

Pour approfondir :   Cameroun : Le gouvernement va retirer définitivement du marché le whisky en sachet ?

Scdp à 8 milliards, Camtel à 66 milliards, Cdc à 35 milliards…

« Vous avez par exemple la Cdc qui produit de la banane et que l’Etat voudrait vendre à 64 millions de dollars (un peu plus de 35 milliards de Fcfa, ndlr)…Vous avez aussi la Scdp que l’Etat cède à 14 millions de dollars (8 milliards de Fcfa environ, ndlr). Il y a également la Sodecoton détenue par l’Etat à plus de 70%. L’entreprise de téléphonie Camtel est aussi à vendre. Vous pouvez prévoir 120 millions de dollars américains (66 milliards de Fcfa environ, ndlr)», leur aurait indiqué Ekoko Mukete. Des déclarations jamais démenties par ce dernier et reprises également par nombre de sites spécialisés en économie dont investir au Cameroun.

Du bilan fait en août 2006 par le président de la Commission technique de privatisation et des liquidations du processus de cession des entreprises publiques et parapubliques lancé par l’ordonnance du 22 juin 1990, Camtel, Scdp, Sodecoton, Camtainer, Cdc, Snec (Société nationale des eaux du Cameroun) et Camair (Cameroon airlines) constituaient la liste des entreprises qui attendaient de connaître leur sort.

Achever la liquidation de la Camair

En fin septembre 2007, la Snec a été privatisée par le processus d’affermage et a donné naissance à la Cde (Camerounaise des eaux) tenue par l’Office nationale de l’eau potable du Maroc (Onep delta holding) et la Camwater (Cameroon water utilities corporation), propriété de l’Etat du Cameroun alors que la Camair quant à elle, était liquidée. Le processus est par la suite tombé en hibernation alors que la privatisation de Camtel et la cession Sodecoton coinçaient. Alamine Ousmane Mey tient donc à relancer le processus, voire à l’achever.

Pour approfondir :   Charles Atangana Manda : « Le Cameroun est droit dans ses bottes »

D’ailleurs, toujours dans la 5e section de sa feuille de route, section relative au « suivi de la performance et de la réforme des Etablissements publics administratifs (Epa) et des entreprises du secteur public et parapublic», le Minfi a également prévu de clôturer la liquidation de la Camair et d’apurer le passif résiduel post-liquidation de l’Oncpb (l’Office national de commercialisation des produits de base), de la Regifercam (Société ferroviaire nationale camerounaise) et de l’Onpc (Office national des ports du Cameroun).

Aboudi Ottou


 


Vos commentaires ici


 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les hommages à Théophile Abega ( Video )

Le Cameroun bientôt sous surveillance nationale par satellite