in

Kidnapping: Encore un vol de bébé à Yaoundé

 Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’affaire des bébés volés est entrain de prendre une ampleur indescriptible dans nos cités. Et de nombreux cas ne cessent de se signaler.


3987136
 
Après la très médiatique affaire du bébé volé de Vanessa Tchatchou à l’hôpital gynéco-obstétrique de Yaoundé, revoici qu’un autre cas de vol vient de se signaler à Yaoundé. Et plus précisément au lieu dit Tongolo où

résident depuis près de 3 ans le sergent Njaprim Obod, en service à la Garde présidentielle, son épouse et leurs 3 enfants. Mais Samedi 30 juin dernier, la quiétude dans laquelle vivait cette petite famille a été perturbée avec le rapt du dernier né, âgé d’un mois à peine.

S’il est loisible de reconnaître que la voleuse qui a d’ailleurs agit à visage découvert avait en repérage la femme du sergent Njaprim, c’est le vendredi 29 juin qu’elle met son plan à exécution. Et comment? Ce vendredi donc, Mme Njaprim a la surprise de recevoir à son domicile de Tongolo une curieuse visiteuse. Aussitôt s’engage entre les 2 dames une conversation qui tourne très tôt à l’interrogatoire. La curieuse visiteuse qui se passe pour un agent du ministère des Affaires sociales entend ainsi tout savoir sur la vie du couple, sa situation, leurs préoccupations. C’est ainsi que sans précaution aucune, Dame Njaprim laisse glisser à son interlocutrice qu’elle souhaite ouvrir un atelier de couture dans l’avenir. Saisissant la balle au bond, la présumée agent du Minas lui propose alors une ouverture rapide de son atelier avec un concours financier du ministère des Affaires sociales qu’elle va se charger de faciliter l’octroi. Pour ce faire, il faudrait que Mme Njaprim confectionne un dossier constitué entre autres des copies de l’acte de mariage, de naissance, des actes de naissance des enfants. Sur ce, rendez-vous est pris pour lundi 2 juillet 2012.

Pour approfondir :   Yaoundé : ASSASSINAT D’UNE ÉLÈVE À NKOABANG

Seulement, avant la date convenue, la pseudo agent des Affaires sociales refait étrangement surface samedi 30 juin avec l’intention de conduire sa victime faire les photos. Cette fois, elle a pris soin d’apporter aux enfants des brioches tartinées et une bouteille de Sprite. La surprise de Mme Njaprim face à cette subite générosité est grande. Elle ne manque pas d’apprendre à sa visiteuse qu’elle n’a pas élevé ses enfants de cette manière à recevoir des cadeaux du premier venu.


Mais c’était sans compter avec la détermination de la visiteuse d’aller jusqu’au bout de sa logique. Aussi convaincra-t-elle sa victime à aller faire des photos. Et c’est d’ailleurs elle qui choisit le lieu: un petit studio photo situé au lieu dit «Entrée Jamot», exactement à côté du bistrot dénommé «Crtv Bar». Une fois dans le studio photo, la pseudo agent des affaires sociales s’empresse de régler la note, le temps pour la victime de lui confier le bébé pour la pose. Pendant que le photographe et dame Njaprim entrent dans la chambre noire, la voleuse de bébé prend la poudre d’escampette et disparaît avec le bébé sans crier gare. Et depuis lors, l’on est sans nouvelle du bébé, encore moins de la voleuse qui courre toujours. Toutefois, sur la description de Dame Njaprim, l’on a pu établir le portrait robot de la voleuse: une femme d’environ 1m70 et à peine la quarantaine. Sans doute que les services spéciaux ne tarderont pas à lui mettre le grappin. Tout en souhaitant dans les brefs délais, une action forte des autorités administratives pour tordre le cou à ce phénomène qui est entrain de s’enraciner dans nos cités.

Charles Nwé


Vos commentaires ici
Pour approfondir :   Deux élèves présumés homosexuels interpelés dans la région de l’Ouest


 


 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Yaoundé.Corruption: Un officier de police aux arrêts

images

Cameroun : Assassinat d’un enseignant Français