in

Guinée-Bissau : Les causes de la tentative de coup d’Etat contre Umaro Sissoco Embalo

Umaro GB

Après la tentative de coup d’Etat en journée du mardi 01er février 2022, le président de la république de Guinée Bissau au cours d’un point de presse, a donné les raisons de la tentative de coup d’Etat contre lui.

Umaro GB
Umaro Sissoco Embaló, président de la Guinée-Bissau – DR

le chef de l’Etat qui avait déclaré au média Jeune Afrique qu’il se porte « bien » et a affirmé contrôler la situation, a attribué ce coup d’Etat aux « décisions qu’il a prises, notamment en faveur de la lutte contre le narcotrafic et la corruption ».  « Les assaillants auraient pu me parler avant ces événements sanglants », a-t-il déclaré à la presse, sans désigné clairement les auteurs du coup de force.

D’après lui, l’objectif n’était pas de l’évincé du pouvoir, mais de mettre un terme à sa vie. « Ce n’est pas qu’une tentative de coup d’État mais pour tuer le président de la République et tout le cabinet », poursuit-il.

Pour approfondir :   [Tribune] Caroline Meva : « Les pays africains n’ont pas la maîtrise de leurs économies »

Le chef de l’Etat a précisé que cette tentative de coup d’Etat avait fait « plusieurs blessés graves et des morts ». D’après le président Embalo, l’armée a procédé à des arrestations et une enquête est ouverte pour élucider davantage cette affaire.

«La France condamne fermement la tentative de coup de force intervenue hier contre le président Umaro Sissoco Embalo», a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. «Elle appelle au respect de l’ordre constitutionnel et exprime son soutien aux institutions démocratiques bissau-guinéennes», a-t-elle poursuivi.

Pour approfondir :   CPI : Laurent Gbagbo et son coaccusé obtiennent une liberté sous condition

Même si ça n’a pas abouti au renversement de l’actuel président, le cinquième putsch que la Guinée-Bissau enregistre depuis son indépendance du Portugal, en 1974, après une longue guerre de libération. Le dernier putsch date de 2012.

Umaro Sissoco Embalo, 49 ans, ancien général, est en poste depuis 2020, à la suite d’une présidentielle au résultat toujours contesté par le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, formation dominante depuis 1974.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vidéo : Steve Fah explique comment rallier le stade d’Olembé en évitant les embouteillages

Joly Nnib Ngom : « Mendo Ze m’a sanctionné pour rien »