in

Grand dialogue national : Cyrille Sam Mbaka avertit le gouvernement

Cyrille Sam Mbaka 1

Le 1er vice-président de l’UDC a été l’invité de la matinale « Sacré matin » sur radio Balafon ce jeudi 19 Septembre 2019. L’homme politique s’est exprimé sur le Grand Dialogue National.


Cyrille Sam Mbaka 1
Cyrille Sam Baka – capture photo

Sam Mbaka souhaite que l’on replonge dans le passé pour mieux aborder le grand dialogue national de la fin de ce mois. « Pour participer à ce dialogue il faut connaître au préalable 1961 et la tripartite. Qu’est-ce qui n’a pas marché. Ce grand dialogue national doit poursuivre des objectifs de pardon, de réconciliation et de reconstruction », suggère-t-il sur Radio Balafon.

Ayant été un acteur de la tripartite du début des années 90, il fait la révélation selon laquelle il y eu la corruption. « À la tripartite les valises d’argent ont circulé. Mais que le peuple ne se trompe pas, si ce Grand Dialogue national est bien négocié les choses vont changer. Nous devons y aller. Aujourd’hui il y’a les médias, l’information sera connue », révèle Sam Mbaka sur Radio Balafon FM.

Dans la matinale de Radio Balafon, Cyrille Sam Mbaka avertit le gouvernement. « Grand Dialogue national, nous veillerons à ce que la communication soit faite. Le peuple doit être au courant. Parce que toutes les résolutions de la tripartite ont été cachées au peuple. On avait fait une émission à la CTV. Le Ministre de la Communication de l’époque avait fait disparaître les bandes. Tout ce qu’ils ont dit c’est que les opposants sont allés chercher de l’argent à la tripartite », martèle le 1er Vice-président de l’UDC sur Radio Balafon FM.

« S’il y’avait la décentralisation depuis 1996, on n’aurait pas de crise anglophone aujourd’hui », regrette Sam Mbaka sur Radio Balafon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    FB IMG 15689141045016829

    Cameroun : Guy Moussi, le directeur de publication du journal l’Indice est mort

    Osih Joshoa

    Joshua Osih : « il faudrait que ce soit une personnalité indépendante qui dirige les travaux »