in

Cameroun : Un pasteur enterre une fidèle en catimini au quartier Fougerole à Yaoundé

eglise de reveil fidEles

Les populations de Mbasan, localité près du quartier Fougerole à Yaoundé, on vécut la mystérieuse disparition de julienne Meken, commerçante et fidèle de l’église « Jésus Guérit ». Le fil de l’histoire provient du journal l’Anecdote en kiosque ce vendredi 11 octobre 2019.

eglise de reveil fidEles
Les fidèles d’une église de réveil (c) Droits réservés

Selon le journal, les populations de la localité de Mbansan, ont observé un mouvement d’humeur le 8 octobre 2019 qui a alerté les autorités administratives. « Tout est parti du constat de la longue absence de Julienne Meken, tenancière du seul restaurant de la communauté et fidèle de l’église de réveil “Jésus Guérit”. Aperçue pour la dernière fois dans son commerce le 3 octobre 2019, cette dernière n’a plus réapparu jusqu’à ce que la rumeur de son décès commence à alimenter les débats. Horrifiées, les foules ont saisi le pasteur qui selon des sources bien introduites entretenait des relations coupables avec la défunte. Pour sa défense, le pontife Luc Tadie sur qui pèsent les soupçons, ainsi que sa famille ont rassuré les populations du retour imminent de la disparue », relate le journal de Jean-Pierre Amougou Belinga.

Notre confrère poursuit en indiquant que leurs déplacements constants vers la ville et l’incinération des vêtements de la défunte ont intrigué sa majesté Leon Mbarga Eyebe, chef de troisième degré de Mbansan I, a tôt fait de saisir le commandant de la Brigade de gendarmerie de Soa, Roger Owono Noah.

Pour approfondir :   Cameroun : Voici comment les 09 élèves kidnappés mardi à Kumba ont été libérés

« Une descente musclée a permis à ce dernier d’interpeler le suspect ainsi que les membres de sa famille. À l’issue de l’interrogatoire, le suspect a avoue que Dame julienne Meken est décédée jeudi à 9 heures et il a procédé à son inhumation en catimini le jour suivant à 15 heures. Il précise que ce sont les dernières volontés de la défunte qui avait renié toute sa famille », apprend-on.

Sans avale des autorités compétentes non moins de la famille et même des amis, le pasteur Luc Tadie a fait disparaitre une de ces fidèles.

Selon l’Anecdote, des preuves accablantes attestent qu’il s’est fait aider par Alain Victor Ahanda, chef de troisième degré de Mbansan II. « Ce moto taximan reconverti à la profession pastorale, n’a jusqu’ici également donné aucun détail sur la cause de décès de Julienne Meken », écrit notre confrère, dans sa publication de ce vendredi 11 octobre 2019.

Pour approfondir :   Cameroun : Bientôt un nouveau siège pour le Groupe L’Anecdote

 À en croire les autorités locales, depuis plus de dix ans que ce pasteur est installé dans cette localité, il s’est toujours illustré par des actes peu orthodoxes, qui incitent à s’interroger sur sa foi. Aussi, plusieurs sources au journal l’Anecdote évoquent la thèse d’un réseau de trafic d’organes dont il serait le patron. Pour l’heure, les forces de l’ordre continuent de glaner le maximum d’informations sur les activités de cet individu afin de protéger la société de tels barbares. Le directeur d’enquêtes rappelle à ce propos que dans de brefs délais, la lumière sera faite sur cette histoire rocambolesque.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

abiy amed.JPG

Récompense : Voici le prix Nobel de la Paix 2019

Paroisse ste monique

Cameroun : Braquage dans une chapelle dans la ville de Douala