in

Cameroun : Un jeune de 16 ans percute un enseignant à bord d’une voiture

Les routes au Cameroun, Bafoussam (DR)
Les routes au Cameroun, Bafoussam (DR)

Les routes au Cameroun, Bafoussam (DR)

Le nommé Walters Ngwa, 29 ans et enseignant dans la ville de Bamenda (Nord-Ouest) a été percuté par un véhicule roulant à vive allure ce mardi 22 mars au lieu-dit «New-look Bandja» à Bamenda. Selon le correspondant locale de la radio nationale, la CRTV, l’enseignant a été fauché par une voiture de marque Toyota Corolla, immatriculée NW 323 AC.

«Les témoins de la scène rapportent que c’est un gamin d’environ 16 ans qui conduisait la voiture de la mort. Le dernier a perdu le contrôle du véhicule avant de percuter l’enseignant qui est mort sur le champ. Son corps, la tête gisant dans une mare de sang, gisait à deux mètres de sa moto, elle-même broyée en amas de ferraille dans une rigole. Le jeune garçon sorti indemne de l’accident est entre les mains des éléments des forces de l’ordre pour besoin d’enquête», apprend-on. Les éléments du Corps National des Sapeurs-Pompiers ont déposé les restes de Walters Ngwa à la morgue de l’hôpital régional de Bamenda.

Ce drame intervient deux mois seulement après un précédent qui supprimé la vie à 15 personnes. En effet, le 8 janvier dernier environ 15 personnes ont été tuées suite à une collision entre un bus de transport en commun d’une agence de voyage et un camion. Le bus parti de Yaoundé pour Bamenda vers 1h du matin, a heurté un camion garé sur un sommet dans la localité de Mbappe située à 15 km de Bafia, indiquait la Gendarmerie Nationale. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’excès de vitesse était à l’origine du drame.

(c)Onana N. Aaron, Cameroon-info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Dieudonné

    Dieudonné Mbala Mbala annonce son grand retour au Cameroun !

    D’où vient l’utilisation de « Koah » à la place de « quoi » ?

    D’où vient l’utilisation de « Koah » à la place de « quoi » ?