in

Billy Akele : « Mettez moi en prison et libérez Amougou Belinga »

L’activiste politique soutien de Paul Biya a fait cette déclaration sur son compte Facebook, le lundi 06 mars 2023, comme l’a constaté Lebledparle.com.

Jean Pierre Amougou Belinga
Jean Pierre Amougou Belinga, Pdg du groupe l'Anecdote - DR

Dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Martinez Zogo, Jean Pierre Amougou Belinga séjourne depuis le samedi 04 mars 2023, à la prison centrale de Kondengui, en détention préventive. Le motif de son inculpation est « complicité de torture ».

Dans une première publication, Billy Nicolas Akele Tchuisseu pense qu’il doit être à la place d’Amougou Belinga. « Mettez moi en prison et libérez Amougou Belinga il n’a pas de place là-bas », écrit-il.

Enfermé Jean Pierre Amougou Belinga, c’est enfermé la jeunesse

Il pense qu’on enferme la jeunesse, lorsqu’on incarcère l’homme d’affaire, parce qu’il est pouvoyeur d’emploi. « Enfermé un monsieur comme celui si c’est enfermé la jeunesse, c’est refusé les emplois aux jeunes camerounais, c’est tué la jeunesse, c’est refusé les rêves aux jeunes camerounais, c’est détruire les emplois et pourtant les vrais assassins sont en liberté, et pourtant les voleurs sont en liberté, certaines personnes qui détruisent le Cameroun avec les détournements sont libres et nargues les camerounais avec notre argents dans leurs comptes bancaires. Libérez Amougou Belinga s’il-vous-plaît il ne mérite pas cette place en prison. Cette jalousie détruit nos rêves. Je préfère prendre sa place en prison et le voir libre pour donner les emplois aux camerounais et construire le Cameroun. Nous aimerons avoir les investisseurs libre et en santé ils sont utiles pour notre pays, enfermez les voleurs et ceux qui détruisent le Cameroun », écrit-il.

Pour approfondir :   Publication du livre "L'arnaque" : Samuel Eto'o traîne Jean-Bruno Tagne en justice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Alain Fogue tribunal

Alain Fogue au juge : « Eko Eko m’appelle maintenant Grand »

Capture

La revue de presse camerounaise du mercredi 8 mars 2023