in

Wilfried Ekanga : « Le RDPC et Paul Biya n’incarnent ni l’état de droit, ni les institutions de la république »

Wilfried Ekanga : « Le RDPC et Paul Biya n’incarnent ni l’état de droit, ni les institutions de la république »

Dans une publication sur son mur Facebook, ce lundi 22 juillet 2019, l’Analyste politique Wilfried Ekanga revient sur le meeting du RDPC à Bafoussam samedi dernier. Il parle également de la politique du parti au pouvoir et annonce les activités futures du MRC. Ci-dessous, l’intégralité de la tribune de Wilfried Claude Ekanga.


Wilfried Ekanga : « Le RDPC et Paul Biya n’incarnent ni l’état de droit, ni les institutions de la république »
Biya Paul – DR

La Grève du Soleil

BAFOUSSAM – ET MÊME LE CIEL SE MIT À PLEURER

Dans le recueil « Fables des Montagnes » de Patrice Kayo, l’une des histoires s’intitule « la force du silence ». Il est question d’un homme qui se fait cambrioler dans la nuit, mais au lieu d’ameuter le quartier et de prévenir la police, s’assied devant sa véranda avec sa famille, sans dire un mot.

C’est alors qu’en matinée, des jeunes gens accourent vers lui pour lui signifier leur compassion pour cet odieux braquage, lui promettant même leur aide si besoin. Mais l’homme les fait plutôt ligoter et arrêter séance tenante. C’est simple : s’ils sont informés du cambriolage alors que personne n’est censé être au courant, c’est parce que ce sont eux les cambrioleurs.

D’où la célèbre phrase issue d’un autre brillant livre : « La guerre des fantômes » de Samuel Martin Enoh Belinga : « La mort de l’antilope est dans son sabot et la mort de l’homme est dans sa bouche. »

BAFOUSSAM, LE 20 JUILLET

Lorsque le RDPC lance son « tera-meeting » à Bafoussam samedi dernier, je n’ai pas voulu, au milieu des critiques que j’avais déjà à l’endroit de cette initiative douteuse, épouser l’argument de la « provocation régionale » repris par beaucoup. Pour éviter le procès d’intention, il m’était plus simple d’attendre que les concernés se trahissant eux-mêmes, en cas d’agenda caché. C’était inévitable.

Chose faite dès le lendemain, où des journaux insolites se sont fait remarquer par des Une à la similitude inquiétante : « L’Ouest tourne le dos à Kamto ». De quoi se demander comment un meeting censé promouvoir la cohésion nationale et le respect des institutions peut avoir pour bilan final, la fierté d’avoir « tourné le dos » au leader d’un parti donné.

Il s’agissait donc bien d’une volonté de règlement de comptes, loin des véritables problématiques du pays. La mentalité RDPCiste dans toute son insipidité. Aucune surprise pour les avertis.

Je m’amuse toujours qu’aucun reproche n’ait été fait à l’ADD de Garga Haman et au FSNC de Tchiroma sur leur ancrage dans le septentrion, ou encore au SDF sur son fief anglophone, mais que l’éventuelle base électorale du MRC à l’Ouest soit soudain devenue un problème. Aucune logique ne permet d’y répondre. Mais le tribaliste qui veut voir le tribalisme chez les autres parlent toujours d’abord, et ne réfléchit qu’ensuite.

Ça aussi c’est inévitable.

NON-SENS : MORCEAUX CHOISIS

Les préparatifs du meeting de Bafoussam laissaient présager le pire. Des menaces de sabotage, et des informations faisaient même état d’un massacre en préparation fusaient. En un mot, il y avait – pour une fois ! – une menace réelle de trouble grave à l’ordre public. Chose curieuse, la sous-préfecture n’a pas jugé bon d’annuler l’événement, et l’on a même dépêché un gigantesque dispositif policier pour encadrer la chose … comme cela doit se faire en fait.

En parallèle, les récentes initiatives du MRC se sont systématiquement vues interdites, alors que les mêmes risques évidents n’existaient pas. C’est l’Etat barbare qui manipule la répression à sa guise et se confond au parti biyayiste. Un État de droit complémentera à gauche. Les gens de mauvaise foi vous diront que le mot d’ordre « Non au hold-up électoral » était inapproprié, comme s’il s’était agi du seul slogan des marches, où comme si les journées d’adhésions contenaient ce slogan … ou comme si c’est à un parti de définir les plaintes d’un autre.

Je comprends que la résolution de la crise anglophone et la lumière sur les fonds de la CAN n’intéressent pas les principaux coupables. Ça va de soi.

Par ailleurs ; on peut s’étonner que le RDPC organise un meeting contre la Brigade Anti Sardinards depuis le Cameroun, alors que celle-ci se trouve et agit en Occident. Les mêmes qui vous disent « ce n’est pas à 6000 km que vous allez changer le Cameroun » se retrouvent à faire des protestations à 6000 km de leurs destinataires. Pourquoi le meeting n’a-t-il pas eu lieu à Genève où à Paris, pour respecter cette logique illogique ? Ont-ils enfin compris qu’un sujet À n’a nullement besoin d’être sur place pour susciter la réaction d’un sujet Z ?

En outre, le RDPC doit varier sa communication et sortir de cette paralysie politique qui l’anime depuis 33 ans. Un parti ne peut pas reposer son activité sur de ridicules motions de soutien à un homme. C’est totalement débile quand on voit en plus que c’est sur cette balance qu’ils mesurent le « patriotisme ». Celui qui aime le Cameroun doit aimer Paul Biya, nonobstant l’incompétence du personnage. La philosophie la plus absurde du système solaire.

Voilà pourquoi même le soleil a préféré économiser ses rayons à des choses plus importantes, et que la pluie a sauvagement mouillé le maillot ce jour-là.

Le ciel pleure. Il pleure de honte devant autant de médiocrité.

D’autant plus que Paul Biya lui-même se fout complètement de ces motions. Il voulait rester à l’Intercontinenal.

A SUIVRE :

Le MRC va organiser ce samedi 3 août 2019, un projet de formation pédagogique nommé JEEP ( Journée d’Education et d’Eveil Politique ) à l’hôtel Angelina à Douala à partir de 13h, dans l’optique de professionnaliser ses adhérents, et d’instruire sur l’attitude publique à adopter pour redorer l’image du parti, écornée par quelques sorciers hautement qualifiés.

Tout le monde y est invité, sous l’encadrement de l’unité < Force et Progrès >. Ce sera l’occasion d’écouter quelques experts en communication sur les comportements exemplaires qui caractérisent un véritable MRCiste, notamment sur et en dehors des réseaux sociaux.

Avec bien sûr une refocalisation sur le programme politique de Maurice Kamto, et une formation à la résistance aux attaques tribales venant d’ici et d’ailleurs.

La politique autrement. C’est cela la Renaissance. Gardez à l’esprit que :

1 – Le RDPC et Paul Biya n’incarnent ni l’état de droit, ni les institutions de la république. Ils usent de la force policière et militaire qui leur permet de brutaliser tout contrevenant et donc de se donner l’illusion qu’ils ont raison. C’est comme quand vous obligez votre petit frère à partager son goûter avec vous, alors que vous avez déjà avalé le vôtre. Vous savez que ce n’est pas juste, mais vous le faites quand même … simplement parce que vous le pouvez.

2- Les vrais tribalistes sont ceux qui, par tous les moyens, veulent vous faire porter le chapeau de tribalistes. S’il existait au Cameroun un seul parti meilleur que le MRC, de près comme de loin, il y a longtemps que je l’aurais rejoint.

Mais pour cela, il faut qu’il neige à Bafoussam.

EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED

( Pas à gauche, pas à droite, surtout pas derrière, mais droit devant ! )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Émeutes à Kondengui : Urbain Olanguena Awono blessé à la tête

    Émeutes à Kondengui : Urbain Olanguena Awono blessé à la tête

    Mutinerie à la prison de kondengui : les principaux leaders de la contestation anglophone conduits vers une destination inconnue

    Mutinerie à la prison de kondengui : les principaux leaders de la contestation anglophone conduits vers une destination inconnue