in

Suite à la Une de Mutations, Abdouraman et Georges Alain Boyomo se déchirent sur la toile  

Boyomo Abdou

Le président de l’Etoile filante de Maroua a accusé Mutations de faire du «charlatanisme» et non du journalisme. La réplique du Directeur de publication de ce quotidien ne s’est pas fait attendre.


Boyomo Abdou
Abdouraman et Boyomo (c) Collage photo

Les guerres de leadership battent leur plein au sein l’instance dirigeante du football camerounais. Alors que le TAS a annulé le processus électoral qui a porté Seydou Mbombo Njoya à la tête de la FECAFOOT, la FIFA a quant à elle choisi de maintenir de façon intérimaire ledit exécutif en fonction. S’appuyant sur la décision du Tribunal arbitral du sport, les présidents des clubs amateurs au rang desquels Abdouraman Hamadou ont tenu une Assemblée provisoire qui a conduit le Sénateur Albert Mbida au poste de président du Comité provisoire de gestion de la FECAFOOT. L’Assemblée n’aura pas reçu l’assentiment des pouvoirs publics, mais les différents acteurs qui y ont pris part ont tôt fait de brandir toute sa sa pertinence juridique.

Mutations ajoute son grain de sel

S’intéressant à cette actualité dans sa parution de ce vendredi 5 février 2021, le journal de Georges Alain Boyomo a titré : « la passe de Paul Biya à la FECAFOOT », faisant notamment allusion à une instruction du Premier ministre au ministre des Sports. En effet, à la demande du Chef de l’Etat, Joseph Dion Ngute a instruit Narcisse Mouelle Kombi de « mettre à disposition de la FECAFOOT, les moyens et les stades pour la reprise sans délai du championnat national ».

Abdouraman tacle, Boyomo contrattaque

« Je suis vraiment peiné de voir ce qu’est devenu Mutations, jadis journal de référence qui aujourd’hui, au lieu de faire du journalisme, fait du charlatanisme. It pity ! Jusqu’à preuve du contraire, l’ordonnance du TAS du 20 novembre 2020 qui confère à la LFPC les compétences d’organiser les compétitions de football professionnel au Cameroun demeure en vigueur », a commenté Abdouraman Hamadou Babba sur Facebook.

 «Le Cameroun fabrique vraiment des héros-sabitous (sic) qui sont finalement des zéros. Voilà un monsieur qui ne peut même pas écrire une brève qui s’improvise enseignant de journalisme. Quand on lui donne deux pages d’interview dans Mutations, Mutations c’est le meilleur journal du monde. Il réclame même la grande Une au reporter ou rien. C’est moi qui rappelle que même ma hiérarchie ne m’a jamais imposé un sujet à la Une. Quand Mutations exploite un document qui ne met pas du beurre sur ses épinards, il déverse sa bile d’intolérance. Pitoyable !», a rétorqué le DP de Mutations. La bataille épistolaire ne fait certainement que démarrer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Martin Camus et Anthony Pla

Anthony Pla revient à la charge et accuse Martin Camus Mimb de racisme

Un faux militaire du BIR arrêté à Douala