in

Richard Bona renie toute appartenance au Mrc de Maurice Kamto

Richard Bona new biya song

L’artiste camerounais résidant aux États-Unis s’est confié à la BBC radio le 1er juin 2020. Au cours de son intervention, il a clarifié sa posture vis-à-vis du parti de Maurice Kamto et s’est aussi exprimé sur les attaques de Ngarbuh qui ont coûté la mort à des populations civiles en Février dans le Nord-Ouest Cameroun.

Richard Bona new biya song
Richard Bona (c) Droits réservés

Répondant aux personnes qui le considère comme un militant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, Richard Bona s’est voulu clair. « J’ai une position de patriote, et pas une position partisane. Je n’appartiens pas au parti de Maurice Kamto. Si le gouvernement fait des actions qui sont propres, qui sont des actions qui sont louables, je participerais avec plaisir pour aider les populations », a-t-il dit.

Le guitariste n’a pas manqué au passage de s’attaquer au régime Biya, coupable du « massacre de Ngarbuh » qui lui a d’ailleurs inspiré une chanson.

«Lorsqu’il se passe ce genre d’événement, et lorsqu’on a un gouvernement qui est toujours dans le déni et le mensonge, car les autorités camerounaises avaient initialement démenti les accusations quant à l’implication des soldats dans ce massacre, jusqu’au point où on a vu le Ministre de la Communication y aller, et dire qu’il n’y a pas eu 23 morts à Ngarbuh carrément. C’est ce déni qui fait plus mal. 30 ans après la chute du mur (de Berlin), force est de constater que les régimes autoritaires n’ont toujours pas disparu. Le Cameroun est la preuve que ces régimes autoritaires sont toujours là, bien évidemment avec le soutien de la France», affirme Richard Bona d’un ton outré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Jean de Dieu Momo Atlernance

    Jean de Dieu Momo : «L’alternance au sommet de l’État, c’est un poison»

    Toko Ekambi Lyon

    Officiel : Lyon recrute définitivement Karl Toko Ekambi pour 11,5 millions d’Euros