in

Pr Nkou Mvondo après le rejet du recours de Cabral Libii : « Nous allons continuer notre bataille en termes de contestation politique »

Nkou Mvondo 1

L’audience d’examen de recours déposés après le scrutin du 7 octobre 2018 a débuté ce mardi 16 octobre 2018. Parmi les 16 recours rejetés par le Conseil Constitutionnel figure celui de Cabral Libii sur l’annulation totale de l’élection. 24 heures après, le capitaine du parti UNIVERS qui a investi Cabral Libii réagit.


Nkou Mvondo 1
DR

La raison de l’annulation par Clément Atangana est le non-respect de la réglementation en vigueur. Selon le Conseil Constitionnel, le dépôt du dossier du recours au greffe a été fait 73H après au lieu de 72H comme prévu.

Dans une sortie médiatique ce mardi 16 octobre 2018 l’issue de l’audience, le Pr Prosper Nkou Mvondo donne les raisons du dépôt tardif du recours en portant un doigt accusateur sur le Greffier. « C’est ce qu’on appelle un véritable braquage en utilisant les règles  de droit. Nous sommes arrivés au greffe du conseil constitutionnel autour de 17H. Même si on retient les délais du conseil constitutionnel, il faut savoir que nous avons été empêchés de déposer notre dossier. Le greffier a retardé le moment de réception de notre dossier », a-t-il dit.

Pour approfondir :   Coronavirus : Le ministère de l’Industrie veut réorganiser la filière pour la fabrication locale des masques de protection

L’enseignant d’université respecte la décision du Conseil Constitutionnel et compte plutôt continuer la bataille sur le plan politique. « Mais la décision est déjà rendue. C’est plutôt la crainte qui nous anime par rapport à cette décision et non le respect de cette décision. Mais nous l’acceptons. Toujours est-il dit qu’il n’y a pas eu de débat au fond. Parce qu’en face on a peur du débat au fond. Ce qui a été dit au fond s’agissant de ce dont nous avons été victime n’a pas été contesté. Ils ont utilisé le bouclier de la procédure pour qu’on ne débatte pas et que le peuple camerounais ne soit pas au courant et qu’on statue sur les réalités de fond. Nous allons continuer notre bataille en termes de contestation politique même si le débat est clos sur le plan juridictionnel », poursuit-il.

Pour approfondir :   Cameroun : Les 11 membres du conseil constitutionnel prêtent serment le 6 mars 2018

Bien plus, Pr Nkou Mvondo souligne que le recours aurait été toujours déposé si son candidat gagnait les élections. « Même si le candidat Cabral avait gagné cette élection nous aurions toujours exercé ce recours parce que nous voulons arriver avec une élection transparente et respectueuse des règles de droit. Nous n’aurons jamais accepté une victoire dans les conditions où cette élection a été organisée », conclue-t-il.

L’audience d’examen de recours se poursuit ce mercredi 17 octobre 2018 au palais de congrès. Au moment où nous mettons l’article en ligne, c’est la défense de Maurice Kamto qui est en branle. Après ce sera celui de Joshua Osih.

Dans une sortie médiatique ce dimanche 14 octobre sur Vision 4, l’universitaire Nkou Mvondo a fait le bilan du jour de l’élection en termes de coalition manquée et surtout des nombreuses irrégularités qu’il a observé le dimanche 7 octobre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emmanuel Bonde

Cameroun : le RDPC retire en cachette le nom d’un membre du conseil constitutionnel de son site web

conseil constitionnel 1

Quand le Conseil Constitutionnel camerounais viole la loi : l’urgence d’une leçon de droit processuel.