in

Pour l’avocat d’Ayuk Tabe : « La République d’Ambazonie est prête à discuter avec le Cameroun »

Pour l'avocat d'Ayuk Tabe : « La République d’Ambazonie est prête à discuter avec le Cameroun »

Invité sur le plateau de Droit de réponse sur Equinoxe TV, John Fru Nsoh, l’avocat du leader autoproclamé de l’Etat imaginaire d’Ambazonie, a réagi à l’arrestation de Sissiku Ayuk Tabe, et 9 de ses compagnons arrêtés au Nigeria en janvier 2018, et actuellement jugés devant le tribunal militaire de Yaoundé pour terrorisme et sécession.


Pour l'avocat d'Ayuk Tabe : « La République d’Ambazonie est prête à discuter avec le Cameroun »
John Fru Nsoh – Archive

Depuis des semaines, Ayuk Tabe et CIE récusent le tribunal militaire de Yaoundé, au motif qu’ils ne sont pas des Camerounais, ce que continue de défendre son  avocat.  «La loi camerounaise donne la possibilité à chaque citoyen de remettre en cause sa nationalité. Or, ils (Ayuk Tabe et CIE) vivent au Nigeria, où certains sont des enseignants d’université depuis plus de 20 ans. Ils ne peuvent donc être jugés ni par un tribunal militaire, ni par un  tribunal criminel, mais seulement par un tribunal civil, établi dans leur lieu de résidence», a expliqué Me Fru Nsoh.

John Fru Nsoh a ensuite révélé que les leaders séparatistes, sont prêts à engager des discussions avec le pouvoir de Yaoundé. «La République fédérale d’Ambazonie est prête à discuter avec la République du Cameroun dans n’importe quel pays du monde, mais nous préférons un pays d’Afrique avec un négociateur neutre», a indiqué l’homme de droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Luis Suarez : « Le FC Barcelone a besoin d’un numéro 9. J’ai 31 ans et le club doit penser à l’avenir »

    Luis Suarez : « Le FC Barcelone a besoin d’un numéro 9. J’ai 31 ans et le club doit penser à l’avenir »

    Crise Anglophone: Le porte-parole des « Ambazoniens » cité dans une affaire judiciaire aux Etats-unis d’Amérique

    Crise Anglophone: Le porte-parole des « Ambazoniens » cité dans une affaire judiciaire aux Etats-unis d’Amérique