in

Père Ludovic Lado : « Samuel Eto’o est mon candidat pour la prochaine élection présidentielle »

Père Ludovic Lado : « Samuel Eto’o est mon candidat pour la prochaine élection présidentielle »

Le prêtre catholique estime que les hommes politiques ont tellement déçu qu’il faut s’en remettre aux sportifs pour gérer la chose publique.

Père Ludovic Lado : « Samuel Eto’o est mon candidat pour la prochaine élection présidentielle »
 père Ludovic Lado(c) Droits réservés

Samuel Eto’o Fils futur Georges Weah du Cameroun ? Difficile de percer dans les secrets de Dieu pour le moment. Alors qu’on est rendu à trois ans de la présidentielle, des camps se forment, les passionnés en la matière jettent déjà leur dévolu sur des potentiels candidats même si ces derniers n’ont encore dit mot.

Le père Ludovic Lado n’a pas caché sa préférence pour l’actuel président de la Fécafoot : « Samuel Eto’o est mon candidat pour la prochaine élection présidentielle », a déclaré l’homme de Dieu au microphone de ABK radio hier.

A en croire le prélat, le sport est un facteur de cohésion et d’unité nationale et de ce fait, il faudrait un sportif à la tête de l’Etat en lieu et place des hommes politiques qui n’ont pas assez prouvé jusque-là.

« Les hommes politiques ont déçu et je me rends compte que la seule chose qui met encore les Camerounais d’accord c’est le sport », a-t-il analysé.

Notons que jusqu’ici, le quadruple Ballon d’Or africain n’a pas dévoilé son désir de s’engager en politique. Elu président de l’instance faitière du football camerounais le 11 décembre 2021, il s’y occupe. Le temps fera le reste. 2025 c’est dans trois ans !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cameroun : La revue de presse du mardi 8 février 2022

    Cameroun : La revue de presse du mardi 8 février 2022

    Lions indomptables : Une raison qui pourrait coûter à Conceiçao, son départ de la tanière selon Anthony Pla

    Lions indomptables : Une raison qui pourrait coûter à Conceiçao, son départ de la tanière selon Anthony Pla