in

Opinion : « le RDPC, un parti dont la « popularité » repose sur l’intimidation et la corruption sur les moyens de l’Etat »

Opinion : « le RDPC, un parti dont la « popularité » repose sur l’intimidation et la corruption sur les moyens de l’Etat »

Dans une publication sur sa page Facebook, l’Analyste politique Wilfried Ekanga livre à la communauté de ses lecteurs sa troisième lettre à Paul Biya. Dans cette missive, il estime que le RDPC est une marmite de boue. « Le RDPC, un parti dont la « popularité » repose sur l’intimidation et la corruption sur les moyens de l’Etat », affirme le militant du MRC qui estime que son parti n’est pas certes réluisant, mais reconnait ses fautes et tente de les corriger. Ci-dessous, l’intégralité de la lettre de Wilfried Ekanga.


Opinion : « le RDPC, un parti dont la « popularité » repose sur l’intimidation et la corruption sur les moyens de l’Etat »
Paul Biya – DR

Lettre à Paul Biya – Acte 3

RDPC – LA MARMITE DE BOUE

Viens rire avec moi

Il y a deux jours, j’ai lancé le projet « JEEP » ( Journée d’Education et d’Eveil Politique ) prévu dans 11 jours au Cameroun. Aussitôt, les biyayistes et associés se sont rués sur mon article comme un essaim de poux pour me dire : « Il était temps ! Vous auriez dû commencer par là. Vos militants sont des partisans de l’insulte et du tribalisme qu’il faut rééduquer depuis la base. »

Mais à présent, constatez vous-mêmes : depuis ce matin, le spectre de Mamadou Mota hante l’actualité : une photo des plus humiliantes montre le vice-président du MRC dénudé, couvert de terre, et sur lequel s’appuient les Rangers d’un gendarme de Paul Biya. Avez-vous remarqué la réaction des moralisateurs qui nous veulent apprendre les bonnes manières ici : ILS SONT CONTENTS !

Oui ils sont contents. Regardez leurs murs, écoutez et lisez leurs commentaires. Ils brandissent ces photos comme un trophée de guerre. Pour eux, tout ce qui arrive à ceux que la police torture est totalement mérité. Même les pauvres étudiantes traînées dans la terre et abusées il y a quelques temps étaient coupables de rébellion. Alors ils ricanent, insultent, n’hésitent pas à prédire le pire aux autres, et estiment même que « Paul Biya est trop gentil envers les insoumis ».

Qui a besoin d’éducation maintenant ? Qui sont les bêtes sauvages à apprivoiser ?

Chers compatriotes ensorcelés, sachez que je ne suis pas comme vous. Moi, je considère le MRC comme un parti très perfectible, donc avec ses défauts et ses marges d’erreur. Je n’hésite donc pas à tirer librement sur ce qui ne va pas. Ça s’appelle ••• le sens de répartie ••• ( Répétez après moi ) . Vous par contre, vous êtes un parti de zombies, où le seul mot d’ordre consiste à soutenir Paul Biya, quelle que soit l’échelle de bêtise commise.

C’est comme ça que vous définissez le « patriotisme » : l’art d’être un mort-vivant qui ne pense pas par lui-même.

Ça vous surprend tellement de voir quelqu’un recadrer sa propre formation politique que lorsque ça arrive, vous n’hésitez pas à sortir des loufoqueries du type : « Il va quitter le MRC ! ». Je vous comprends. On ne vous a pas appris à raisonner. On vous a interdit d’utiliser vos cerveaux et de faire des propositions d’avenir. Vous ne savez que dire « Oui » à la médiocrité de vos supérieurs.

Ce rôle d’animaux domestiques bien dressés vous rend-il vraiment heureux ?

Quoiqu’il en soit, le 3 août 2019 à l’Angelina Hôtel de Douala, nous organisons de 13 h à 16h, un grand atelier d’instruction politique, pour former nos militants à la communication, afin qu’ils ne tombent pas dans les mêmes travers que vous. Ni la diversion tribale, ni les ragots de cuisine qui animent vos débats de personnes, ne doivent détruire l’état d’esprit cultivé par Maurice Kamto depuis le départ. Je suis entré au MRC pour faire la politique autrement, pas pour transformer un être humain en demi dieu et lui organiser chaque jour, des motions dont lui-même se fiche.

Le culte déraisonné d’un individu n’a jamais été un programme politique.

Allez donc dire à Paul Biya d’organiser les mêmes ateliers d’éducation pour vous faire sortir de la zombimorphose où il vous a plongés. Vous saurez alors que la meilleure façon d’aimer son pays, c’est de savoir interpeller ce qui ne marche pas et de s’en insurger. C’est le plus grand des patriotismes

Contrairement à mes deux premières lettres, je ne lui adresse pas celle-ci directement. Ça m’évite d’avoir affaire à vos commentaires risibles du type : « Tu es qui pour t’adresser comme ça au président ? » Ou bien : « Tu le tutoies, c’est ton égal ? » Parce que oui, vous avez porté très haut la culture du hors-sujet. Quand on vous montre la Lune, vous n’arrivez même plus à vous lever à la hauteur du doigt. Vous regardez l’orteil. Transmettez-lui donc le résumé paraphrasé de tout ce que je vous ai dit ici.

C’est toujours le tribaliste qui accuse le voisin de tribalisme. C’est toujours le dernier de la classe qui demande au premier d’aller réviser. Le régime que vous soutenez aime tellement l’éducation politique qu’il n’a eu de cesse d’interdire nos initiatives depuis des lustres. D’ailleurs vous-mêmes êtes tellement bien éduqués politiquement que vous espérez que cette fois aussi, le projet sera interdit par vos sous-préfets RDPCistes. Je crains que vous ne soyez déçus.

D’avance, vous savez déjà que « Non au commérage et aux attaques de personnes » est un trouble à l’ordre public n’est-ce pas ? D’ailleurs ça ne vous choque même pas que des concitoyens soient empêchés de faire la politique, simplement parce qu’ils ne croient pas au même dieu que vous.

Moi je suis du MRC, un parti imparfait, mais malgré les terribles violences subies, un parti qui tient le coup.

Un parti debout.

Vous, vous êtes derrière le RDPC, un parti dont la « popularité » repose sur l’intimidation et la corruption sur les moyens de l’Etat.

Une marmite de boue.

EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED

( Si avant le 3 août vous avez retrouvé la raison, sachez que l’entrée est libre pour tout le monde, même pour vous )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cameroun : Après sa Une sur Laurent Esso, Jean De Dieu Momo menace la journal Essingan

    Cameroun : Après sa Une sur Laurent Esso, Jean De Dieu Momo menace la journal Essingan

    Distinctions : Chantal Biya et Roger Milla lauréats d’un prix international

    Distinctions : Chantal Biya et Roger Milla lauréats d’un prix international