in

Opinion : « la philanthropie régulière d’Eto’o accuse l’absence d’une politique assistancielle et assurancielle », au Cameroun

Opinion : « la philanthropie régulière d’Eto’o accuse l’absence d’une politique assistancielle et assurancielle », au Cameroun

La situation des artistes Mama Nguéa Anne Marthe Zambo continue de faire débat au sein de l’opinion publique. Dans une chronique publiée le 17 août 2019, Siméon Roland Ekodo Mveng, politologue a fait une analyse psychologique du don en contexte africain. Lebledparle.com, vous propose l’intégralité de la chronique. Bonne lecture !


Opinion : « la philanthropie régulière d’Eto’o accuse l’absence d’une politique assistancielle et assurancielle », au Cameroun
Samuel Eto’o – capture photo

LA PSYCHOSOCIOLOGIE DU DON EN AFRIQUE : entre populisme stratégique, Zakat religieuse, aide non liée et dette communautaire.

L’action caritative de Samuel Éto’o Fils et d’autres célébrités les distingue de facto comme des nouveaux visages de la générosité publique aux côtés des ONG, associations à but non lucratif, aumôneries catholiques, islamiques, donateurs, sponsors et fondations reconnues d’utilité publique qui aident le gouvernement, et notamment le Ministère des affaires sociales dans la satisfaction de ses missions régaliennes de solidarité nationale. Toutefois, cette philanthropie régulière de l’international camerounais et d’autres joueurs ou d’anonymes au chevet des musiciens souffrants, des enfants de la rue, des prisonniers, d’anciens sportifs démunis, d’étudiants…révèle autant la problématique du management stratégique des carrières artistiques tout comme elle accuse l’absence d’une politique publique assistancielle et assurancielle fondée sur une économie solidaire. Une couverture de santé pour tous, un régime pertinent de retraites pour des fonctionnaires et professions libérales ou une égale rétribution des richesses nationales pallierait de façon durable certaines urgences sans pour autant dédouaner les familles biologiques et la responsabilité personnelle des cas sociaux en situation de sinistre. En Afrique, le partage fractionné de la kola, l’abandon d’un régime de bananes mures à l’intersection des champs voisins et les repas en famille élargie sont bien la symbolique d’un système social collectiviste et communautaire que le phénomène capitaliste occidentalo-bourgeois basé sur l’individualisme et l’égocentrisme peinera à déraciner dans les mœurs et les esprits des concitoyens. Ce d’autant plus que l’échec de l’enfant est orphelin mais la victoire a beaucoup de pères,…le chant phare de Donny Elwood « mon frère est en haut je serai véhiculé… » illustre bien la mentalité des espérances formulées en back office…Raison pour laquelle l’élite sportive, le député de brousse, les parentés bourgeoises, les voisins et amis nantis, les ministres et hommes d’affaires sont toujours considérés comme des derniers recours gracieux pour le village et pour les plus nécessiteux comme s’ils payaient une redevance de parcours à ce qu’ils ont reçu durant l’enfance ou alors comme si ces dons apureraient les fautes de certains à défaut de faire fructifier mystiquement les richesses qu’ils dépensent journellement en bons samaritains. Une pression sociale qui a d’ailleurs entraîné la faillite de certains hommes d’affaires et poussé beaucoup de gestionnaires de la chose publique à détourner pour mieux répondre aux sollicitations courantes et pour construire un système d’allégeances et de loyautés politiques autour de leur personnalité de par la médiatisation ostentatoire de ce nouvel héroïsme socialiste frisant parfois à l’ère des réseaux sociaux et de la Caméra les offrandes publiques des pharisiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Décès de Dj Arafat : La date et le lieu des obsèques sont connus

    Décès de Dj Arafat : La date et le lieu des obsèques sont connus

    Me Christian Bomo Ntimbane tacle Paul Biya : « Les instructions du Président de la République ne sont pas supérieures à loi »

    Me Christian Bomo Ntimbane tacle Paul Biya : « Les instructions du Président de la République ne sont pas supérieures à loi »