in

Mincom : René Sadi et Issa Tchiroma mis sur la balance sur la toile par les internautes !

Sadi et Tchiroma

Depuis son arrivée au Ministère de la Communication le 4 janvier 2019, René Sadi, comparativement à son prédécesseur, brille par son caractère réservé et pondéré.


Sadi et Tchiroma
Issa Tchiroma et Rene Sadi

Souvenez-vous. Dans son discours de prise de contact avec ses collaborateurs lundi dernier 7 janvier 2019, René Sadi déclarait : « Communiquer ne signifie pas verser dans la propagande ». C’est sans doute la sobriété et la discrétion du nouveau Mincom qui fait sujet à débat entre les internautes.

Tout est parti d’une publication d’Hamidou Biao sur sa page Facebook hier 1er février 2019 ; publication dans laquelle, l’internaute empruntait à un jargon populaire au Cameroun pour exprimer l’absence de Tchiroma au Mincom : « MONSIEUR LE MINISTRE TCHIROMA TU NOUS MANQUERONS » ; peut-on lire sur son mur. Cette actualité qui est très partagée par les internautes a engendré deux camps distincts. On retrouve d’un côté, les adulateurs de Sadi, et de l’autre, ceux d’Issa Tchiroma.

Si pour certains, comme Houssaini Hamann et Albert Bayeck : « Tchiroma est un très grand orateur », que le Cameroun n’a jamais connu au poste de ministre de la Communication, d’autres par contre voient en René Sadi, le charisme requis à ce poste, surtout en cette période trouble au Cameroun : « Au contraire la communication de Monsieur Sadi est digne d’un futur chef d’État… la fermeté dans la tempérance sans flagornerie et exagération » écrit Éric Nzouakeu. À sa suite, plusieurs autres internautes partagent ce point de vue, arguant qu’« Une bonne communication nécessite une bonne dose de diplomatie et de tempérance ». Les éléments qu’ils trouvent en l’ancien MINAT.

Hamidou Biao quant à lui estime que « Sadi René n’a pas l’éloquence et l’expérience politique du ministre Tchiroma. Tchiroma est un politicien dans l’âme qui a fait de la politique son métier. En plus d’être un ancien pourfendeur du Régime, il est un habitué des meetings et des débats télévisés en face des poids lourds politiques et de la Presse. Tchiroma n’est pas un Politicien par Décret. Beaucoup des ministres du renouveau sont la plupart devenus de politiciens de circonstances grâce au Décret du chef de l’état ».

En outre, Raymond Effala pense pour sa part que « Tchiroma était à sa place au MINCOM, il faut le ramener au mincom ! » Nyasam Ekotto Eboa voit plutot en Sadi, les allures d’un futur chef d’Etat « Sadi soigne son image, il se sent présidentiable. Il a de même louvoyé en tant que MINAT. Les vrais MINCOM c’est Tchiroma au Cameroun et Bili bi Nze au Gabon. » A-t-il fait remarquer.

Pour rappel ; le 9 décembre 2011, René Sadi est nommé ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation dans le deuxième gouvernement Philémon Yang, poste qu’il occupa toujours dans le troisième gouvernement Philémon Yang. À la faveur d’un remaniement ministériel du gouvernement Yang en mars 2018, il regagne la présidence de la République avec rang de ministre chargé de mission. Le 4 janvier 2019, il est nommé ministre de la Communication dans le premier gouvernement du nouveau Premier ministre Joseph Dion Ngute, désigné par le président Paul Biya après sa réélection en octobre 2018.

Issa Tchiroma Bakary est un ingénieur des chemins de fer et homme politique camerounais, député, ministre des Transports du 27 novembre 1992 au 19 septembre 1996, puis ministre de la Communication à partir du 30 juin 2009. Il fait à nouveau partie du gouvernement Philémon Yang, du 31 mars 2015 au 4 janvier 2019. Suite au remaniement survenu le 4 janvier 2019, il est nommé ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle dans le gouvernement Joseph Dion Ngute. Il est président du Front pour le salut national du Cameroun (FSNC), parti politique minoritaire, soutien du régime en place.

  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Manifestants du MRC

Le MRC annule finalement ses marches blanches du 02 et 09 février 2019

GbagboNadianaBamba

Désormais libre, Laurent Gbagbo rejoint sa seconde épouse en Belgique