in

Me Alice Nkom : « Jusqu’à présent, on ne sait pas comment fonctionne le Président Biya »

Me Alice Nkom : « Jusqu’à présent, on ne sait pas comment fonctionne le Président Biya »

À la veille de la célébration de l’an 37 de l’accession de Paul Biya à la magistrature suprême, Me Alice Nkom, avocat au barreau du Cameroun fait le bilan.

Me Alice Nkom : « Jusqu’à présent, on ne sait pas comment fonctionne le Président Biya »
Me Alice Nkom (c) Droits réservés

La militante des droits de l’Homme procède par une approche comparative entre le régime Ahidjo qui selon elle état pragmatique, et le régime Biya qui va de promesse en promesse : « Le Président Ahidjo avait toujours dit : « je ne m’éterniserai pas au pouvoir » … Tout le monde prenait cela pour de la blague… Et puis un beau jour, il a décidé contre toute attente de s’arrêter et de nous annoncer que c’est notre Premier ministre, successeur constitutionnel à qui il allait passer le bâton le 6 novembre. Contrairement à Ahidjo qui disait et faisait, Paul Biya lui, a dit et il n’a pas fait. Et parfois il a fait le contraire… Jusqu’à présent, on ne sait pas comment fonctionne le Président Biya. On ne sait pas quelle est la marche entre ce qu’il nous promet et les actes qu’il pose », a soutenu Me Nkom au cours de l’émission La Vérité en face sur Équinoxe télévision le 3 novembre 2019.

Selon la première femme au barreau du Cameroun, « Il y a eu beaucoup de discours, beaucoup d’espoirs suscités par ces discours et le désenchantement est arrivé immédiatement. Parce qu’il n’y avait aucune adéquation entre ce qu’il nous disait, ce qu’on espérait… mais il n’a jamais fait ce qu’il disait », affirme Alice Nkom.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cameroun : La revue de presse de ce mardi 5 novembre 2019

    Cameroun : La revue de presse de ce mardi 5 novembre 2019

    Cameroun : Un médecin copieusement tabassé par les gardes-malades à Yaoundé

    Cameroun : Un médecin copieusement tabassé par les gardes-malades à Yaoundé