in

Le sous-préfet de Yaoundé II interdit la tenue de l’AG de la Fécafoot, le bras de fer entre Mbombo Njoya et Mouelle Kombi s’intensifie

Le sous-préfet de Yaoundé II interdit la tenue de l’AG de la Fécafoot, le bras de fer entre Mbombo Njoya et Mouelle Kombi s’intensifie

Malgré une décision du ministre des Sports lui demandant de surseoir à la tenue d’une Assemblée générale le 13 juillet 2021, le président de Fécafoot n’a pas daigné obtempérer et a invité la presse à s’accréditer pour ledit évènement. A 24H de la tenue de cette AG, le sous-préfet de Yaoundé II est rentré dans la danse et a interdit cette manifestation publique.  

Le sous-préfet de Yaoundé II interdit la tenue de l’AG de la Fécafoot, le bras de fer entre Mbombo Njoya et Mouelle Kombi s’intensifie
Mouelle Kombi et Mbombo Njoya (c) Droits réservés

Encore des tumultes au sein des instances dirigeantes du sport et particulièrement du football au Cameroun. Au cœur de ces nouvelles tensions, une Assemblée générale convoquée par Seidou Mbombo Njoya en date du 13 juillet 2021- et qui -ne bénéficie pas de l’assentiment de Narcisse Mouelle Kombi.  Mis à contribution pour empêcher la tenue de cette réunion, le sous-préfet de Yaoundé II a commis une décision d’interdiction ce lundi 12 juillet.

Mamadi Mahamat évoque comme motifs : « le non-respect des textes en vigueur », le « non-respect de l’esprit des sentences rendues par le TAS et le CCA (CNOSC) » et le « non-respect de ses propres textes par le Fécafoot ». L’administrateur civil principal invite également le Commissaire de Sécurité publique du 8e arrondissement de Yaoundé, le Commandant de Brigade territoriale de la Gendarmerie de Mbankolo et le Commissaire spécial de Yaoundé II de veiller à l’application de cette décision.

Guerre de leadership entre Mbombo Njoya et Mouelle Kombi

Dans une missive adressée au président de la Fédération le samedi 10 juillet, le ministre des Sports et de l’Education l’a sommé de surseoir à la tenue d’une AG consacrée à l’adoption des nouveaux statuts, du code électoral, du code éthique, du code disciplinaire, et autres textes réglementaires qui selon lui, n’est ni plus ni moins qu’illégale.

« Dans ce contexte critique d’insécurité juridique, il n’est pas possible pour l’administration de tutelle d’endosser ou de soutenir l’initiative du processus électoral dans les circonstances difficiles qu’elle envisage en désignant deux commissaires du gouvernement. Le processus électoral de 2018 par l’arrêt du TAS du 15 janvier 2021 nécessite un retour au statu quo antérieur, c’est-à-dire une reprise du processus d’as. Approbation des statuts par les mêmes instances (AGE 2009) et conformément aux statuts de 2012. Je vous demande de reporter la tenue de l’Assemblée Générale Extraordinaire prévue le 13 juillet 2021, ainsi que la poursuite du processus électoral en cours en attendant les Hautes Orientations demandées à ce sujet », a déclaré Mouette Kombi.

La Fécafoot snobe le Minsep

La Fédération camerounaise de football (Fecafoot) n’a pas annulé l’Assemblée générale extraordinaire du 13 juillet comme l’a demandé le ministre des Sports. Mieux, dans un communiqué du 11 juillet, le président de la Fecafoot ignore les ordres du ministre Narcisse Mouelle Kombi et invite les journalistes à s’inscrire pour la couverture de l’événement.

«Les journalistes souhaitant couvrir l’Assemblée Générale Extraordinaire de la Fédération Camerounaise de Football (Fecafoot), prévue le 13 juillet 2021 à l’hôtel Mont-Febe à Yaoundé, sont invités à adresser leur demande d’accréditation à la Direction de la Communication de la Fecafoot au siège de Tsinga…», indique-t-il.

Selon des sources bien introduites, Seidou Mbombo Njoya souhaite par tous les moyens se présenter et remporter les prochaines élections à la tête de la Fécafoot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Un groupe de quatre malfrats surpris en flagrant délit de vol de ciment à Nkongsamba

    Mamadou Mota : « C'est mieux d'être taliban que d'être l'incarnation institutionnalisée du tribalisme hérité »

    Mamadou Mota : « C’est mieux d’être taliban que d’être l’incarnation institutionnalisée du tribalisme hérité »