in

La Communauté urbaine de Yaoundé construit un complexe immobilier de 5 tours avec le soutien de la Chine (photos)

La Communauté urbaine de Yaoundé construit un complexe immobilier de 5 tours avec le soutien de la Chine (photos)

Le futur complexe situé non loin de l’Immeuble Emergence à Yaoundé au lieu dit « cité municipale de Mvog-Ada », va abriter des logements, des bureaux, des salles de sport et un hôtel.


La Communauté urbaine de Yaoundé construit un complexe immobilier de 5 tours avec le soutien de la Chine (photos)
Maquette complexe urbain – DR

Ce complexe urbain est bâti sur une superficie de 2 hectares.

L’ouvrage est composé de 5 tours de 15, 20 et 23 étages.

Le chantier est estimé à 40 milliards de Francs CFA ET financé en partie par des partenaires chinois soit, China Communications Construction.

Le mardi 5 mars 2019, la CRTV-télé a filmé la visite du délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé Gilbert Tsimi Evouna sur le chantier.

En visitant le chantier situé au lieu dit « cité municipale de Mvog-Ada », face ancien stationnement de Mbalmayo, Gilbert Tsimi Evouna a dessiné au micro de la CRTV-Télé le prochain décor de l’endroit. Il y a d’abord l’embellissement de la ville. “On assistera à un autre monde. En dehors de ça, nous aurons un immeuble de 11 niveaux avec tous les aménagements qu’on va voir là. Ce sera un autre cadre de vie par rapport à ce que c’était », a-t-il dit.

Lebledparle.com vous propose quelques images de l’avancé des travaux

 Complexe-Chantier-Cmr.jpg

Complexe-Chantier-Cmr2.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Affaire MRC : Le juge rejette la demande de libération de Maurice Kamto et Cie

    Affaire MRC : Le juge rejette la demande de libération de Maurice Kamto et Cie

    Point de vue : « Le combat pour l'égalité des sexes n'est pas un combat des sexes », selon Wilfried Ekanga

    Point de vue : « Le combat pour l’égalité des sexes n’est pas un combat des sexes », selon Wilfried Ekanga