in

Joseph Antoine Bell : « Le comité exécutif provisoire de la Fecafoot a la même valeur qu’un gouvernement des opposants en exil »

Joseph Antoine Bell : « Le comité exécutif provisoire de la Fecafoot a la même valeur qu'un gouvernement des opposants en exil »

L’ancienne gloire de la selection nationale du Cameroun, Joseph Antoine Bell s’est exprimé sur les tension de leadership en cours au sein de la Fédération camerounaise de Football. C’est dans un élément sonore en circulation dans les réseaux sociaux.

Joseph Antoine Bell : « Le comité exécutif provisoire de la Fecafoot a la même valeur qu'un gouvernement des opposants en exil »
Joseph Antoine Bell

Dans son propos, l’ancien gardien des buts des Lions indomptables semble donner plus de crédit à l’équipe Mbombo Njoya qui assure l’intérim au sein de la fédération tout en tournant en dérision le comité exécutif provisoire de la Fecafoot que dirige le sénateur Albert Mbida.

« Le comité exécutif provisoire de la Fecafoot a la même valeur que le gouvernement des opposants en exil. Dans un pays, il ne peut véritablement pas agir. Il ne peut rien faire pour le pays. Il ne peut signer aucun document. Vous avez déjà connu toutes ses choses, et vous connaissez comment ça se termine. Le pays se divise dans le pays et à l’étranger, la fédération se divise dans la fédération… », fait savoir l’ancien candidat à la Fecafoot.  

Abdouraman Hamadou et Cie saisissent le TAS pour contester la signature de Seidou Mbombo Njoya sur l’Accord-Cadre

L’Accord-Cadre qui attribue l’organisation de la prochaine édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football 2021 au Cameroun est contesté devant le Tribunal Arbitral des Sports (TAS) de Lausanne.

Me Lebel Elomo Manga, conseil des membres de l’Assemblée Générale de la Fecafoot élue en 2009 dans une correspondance signée et publiée le 25 octobre 2021, indique qu’il a été mandaté par plus de la moitié des membres de cette assemblée générale « pour contester ledit accord-cadre devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) de Lausanne en Suisse, conformément aux dispositions de l’article 48 des Statuts de la Confédération Africaine de Football (CAF) ».

D’après l’avocat, « les membres concernés estiment qu’en reconnaissant M. Seidou Mbombo Njoya comme président de la FECAFOOT, la CAF a violé l’article 11 de ses statuts ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    L’UNDP exige à ses militants de se faire vacciner contre le Covid-19 s’ils veulent prendre au prochain congrès du parti

    L’UNDP exige à ses militants de se faire vacciner contre le Covid-19 s’ils veulent prendre au prochain congrès du parti

    Les maires d’Atok et de Bafoussam 1er victimes d’agression

    Les maires d’Atok et de Bafoussam 1er victimes d’agression