in

Jean Pierre AMOR – à propos de Mode cré’’art « tous les efforts financiers sont fournis par Centhirus Mode »

Jean Pierre AMOR – à propos de Mode cré’’art « tous les efforts financiers sont fournis par Centhirus Mode »
Jean-Pierre AMOR (c) Droits réservés

Jean Pierre AMOR – à propos de Mode cré’’art « tous les efforts financiers sont fournis par Centhirus Mode »

Les dés sont jetés depuis plusieurs semaines en ce qui concerne la 6eme édition de Mode cré’’art, le rendez-vous annuel de la mode, du beau et du chic qui se tient le 1er Août prochain au Palais des Congrès de Yaoundé. Entre réalisation de prototypes, répétition des mannequins, tout semble s’accélérer.

La rédaction de LeBledParle.com est allé à la rencontre de Jean Pierre AMOR le promoteur. Il revient ici sur l’état actuel des préparatifs et sur d’autres contours de cet évènement.

LeBleParle.com : Vous êtes à quel niveau dans les préparatifs de Mode cré’’art 2015 ?

Jean Pierre AMOR : Nous sommes actuellement à la phase d’essayage des prototypes qui est la seconde phase de notre préparation. En ce moment nous avons déjà essayé plus de la moitié des créations qui vont être présentées le 1er Août 2015 au Palais des Congrès de Yaoundé. Cette phase est très importante parce qu’elle nous permet de classer les mannequins en fonction des tenues.

Quels sont les différents autres temps forts avant cette date du 1er Août ? Conférence de presse ? Y aura-t-il d’autres sorties comme celle d’Eco park ?

Il y a une sortie qui devrait être faite avec l’ensemble des mannequins et du staff, mais actuellement nous sommes toujours à la recherche du cadre approprié, parce que ça doit être une sortie qui permettra de faire les derniers grands réglages. En ce qui concerne la suite des préparatifs, on va poursuivre avec les autres essayages de prototypes puis suivront les essayages des vêtements déjà réalisés en tissus, pour les dernières finitions. En ce qui concerne la conférence de presse, c’est en étude et les médias vont être informés.

Nous avons constaté qu’il y a quelques mannequins qui ont été exclus du groupe. Qu’est ce qui peut expliquer cela ?

Pour tout évènement il faut de la rigueur et ces mannequins qui ne font plus partie de l’aventure, c’est plus par rapport à une rigueur au niveau des horaires, au niveau des présences aux répétitions. Nous travaillons de façon professionnelle pour l’organisation de l’évènement. Nous avons besoin des mannequins qui participent aux essayages des prototypes, aux retouches et quand nous avons des mannequins qui ne sont pas là pendant deux ou trois semaines, c’est un problème au niveau de l’organisation. Nous avons 23 mannequins pour la soirée mais aussi 5 sur la liste d’attente qui à tout moment sont aptes à remplacer celles qui ne peuvent plus faire partie du groupe. Donc nous prenons des dispositions pour que les choses se déroulent bien.

Autre constat, depuis la mise sur pied de Mode cré’’art, les créatrices sont toutes issues de la maison Centhirus mode que vous dirigez pourquoi ce choix ?

C’est une bonne question ! Beaucoup me la posent aussi. C’est vrai les créatrices sont issues de la maison Centhirus mode depuis le début de l’aventure, mais je pense que, quand on est styliste modéliste, on est très attiré pour présenter ses créations, organiser des défiler pour soi. Mais mon choix a été d’abord de partager ce que j’ai reçu en France. Donc c’est ce que j’ai commencé à faire et le choix d’avoir toujours des créatrices issues de la maison c’est simplement de démontrer qu’on a sur place au niveau du Cameroun, des créateurs de mode capables de rehausser la mode camerounaise au travers de bonnes formations. Et je pense que toute cette aventure avec ces créatrices ramène simplement à présenter les collections d’un créateur qui fait un travail de fond et ce travail de fond. Mais j’aimerai aussi préciser que l’année prochaine, le défilé qui est l’événement Mode cré’’art deviendra le festival Mode cré’’art et ce festival sera ouvert à tous les créateurs. Donc nous ne serons plus dans un défilé d’une soirée, mais dans une exposition ; un show défilé sur deux jours qui recevra tout créateur de mode camerounais, africains et étrangers, libre à chacun de venir s’exprimer à condition bien sûr de remplir les conditions qui seront données.

Pour cette édition combien de créatrices sont sur la liste ?

L’évènement recevra 32 créatrices. Et en nombre de création, c’est une soirée qui permettre au public de la ville de Yaoundé d’apprécier 242 créations à peu près pour la soirée. Pour les passionnés de mode c’est un grand évènement avec des créations à la hauteur des défilés que nous aimons tant apprécier à la télé.

Toujours concernant les créatrices. Nous avons noté que vous formez des modélistes créatrices. Pour vous qui êtes styliste modéliste de formation, pourquoi former uniquement des modélistes ?

On a réfléchi pour avoir un concept qui permet à toutes les bourses d’intégrer la structure. Ça nous emmène à former des modélistes. Modélistes simplement parce qu’on peut être styliste, on peut imaginer mais le véritable architecte du vêtement va rester le modéliste. C’est lui qui va réaliser le patronage, faire le prototype et peut donner une vie à la création du styliste. Donc si on est styliste parce qu’on dessine simplement ou conçoit, on ne peut pas donner vie à sa création. Je pense que dans notre domaine et dans le contexte actuel au Cameroun, il est bénéfique d’avoir d’abord des modélistes compétents avant d’avoir des stylistes. Le modélisme de mode a souvent été mis au second plan parce qu’on présente souvent les créateurs comme des stylistes. Le choix s’est fait pour cette raison, former des modélistes parce qu’il faut maitriser le modélisme de mode et de l’autre côté, des créateurs parce que nous allons dans un sens aussi de la création de mode, puisque nous sommes conscient que ces créatrices étant des modélistes, elles ont besoin quand même d’avoir aussi comme bagage supplémentaire une formation supplémentaire au niveau de la création artistique. Je reçois parfois des créatrices qui viennent et qui sont très douées dans le dessin mais qui ne peuvent pas aller au-delà de ça.

Mode cré’’art n’est qu’axé sur la valorisation des tenues pour femme. Pourquoi ne vous intéressé vous pas aux tenues pour hommes ?

Ça revient simplement à ce qui est dispensé à la maison Centhirus mode. La maison n’encadre que des créatrices qui font une option femme. Nous faisons un métier où nous ne pouvons pas tout faire, nous devons faire le choix d’être spécialisé dans un domaine précis et moi encadreur-formateur, j’ai fait un choix dans le domaine femme. Nous devons simplement apprendre dans ce métier à évoluer dans un domaine précis et où on a des compétences.

Et donc serait-il possible de voir des créateurs présenter des tenues pour hommes l’année prochaine lors du festival?

Bien sûr ! Etant donné que ca sera un festival, c’est un grand rendez-vous qui devra accueillir tout créateur de mode. Nous aurons à recevoir probablement des demandes qui viendront des créateurs et créatrices qui font uniquement dans la mode masculine ou féminine, ou encore dans la mode enfant. A partir de là, le festival Mode cré’’art 2016 est ouvert à tout le monde.

Mode cré’’art s’impose au fur et à mesure. Est-ce qu’il y a des personnes, des mécènes qui vous soutiennent financièrement, quand on sait qu’organiser un événement d’une telle envergure n’est pas donné. ?

Si je dis non ça va vous surprendre. Mais effectivement c’est non ! Mode cré’’art est en train de prendre racine dans la ville de Yaoundé et depuis son lancement, cet événement bénéficie de partenaires d’accompagnement non financier, parce que nous allons plus sur un échange de service. Mode cré’’art est un événement dont la maison Centhirus mode est promotrice. Donc tous les efforts financiers sont fournis par cette maison.

Et concernant vos partenaires, combien se sont déjà manifestés pour cette autre édition ?

En termes de partenaires, nous sommes déjà très content, l’évènement évolue bien et attire bien sûre des partenaires qui sont intéressés par le concept. Cette année nous avons comme partenaires officiels les magazines Nyanga et week-end magazine de la SOPECAM, nous avons Source du pays, le palais des Congrès de Yaoundé. Pour ceux de l’année dernière qui sont restés fidèles il y a Ariane Télévision, Touristique Express. Cette année nous avons aussi Eco park. Nous avons Drimp Multimédia qui est resté fidèle et qui fait du bon travail. Et ce par quoi je devrai commencer c’est le Ministère des Arts et de la Culture à qui nous disons un grand merci pour le patronage.

Sans oublier lebledparle.com (Sourire !)

(Rires !) Nous savons que lebledparle.com est toujours au rendez-vous des grands évènements et nous disons déjà merci au site. Et puis (Rires!) étant donné que je suis en face d’un journaliste de votre média je m’oublie. Je me dis il est de la maison.

On suppose qu’il y a d’autres partenaires qui vont se manifester !

Probablement.

Beaucoup de courage pour la suite Jean Pierre Amor

Merci beaucoup

© Entretien avec Yves Martial TIENTCHEU, LeBleParle.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Journée de l’Etudiant-GPAL 2015 : les étudiants de Yaoundé I récompensés

    Journée de l’Etudiant-GPAL 2015 : les étudiants de Yaoundé I récompensés

    Immobilier: Yanick Noah veut investir 40 milliards dans l’immobilier social au Cameroun

    Immobilier: Yanick Noah veut investir 40 milliards dans l’immobilier social au Cameroun