JO de Tokyo : Aucun athlète camerounais ne figure parmi les chances africaines de médailles selon Rfi

Le média français a réalisé un top 10 des chances de médailles de l’Afrique aux Jeux olympiques d’été qui se déroulent actuellement au Japon. Dans ce classement, aucune équipe ou athlète camerounais n’a été mentionné.

Cameroon Team (c) Droits réservés

Aux JO 2016 de Rio, les délégations africaines avaient remporté 45 médailles dont 10 en or. Aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, Rfi a recensé les 10 athlètes ou équipes du continent, capables de réaliser cet exploit.

Le classement de RFI

Abdoul Razak Issoufou Alfaga (Taekwondo / Niger)

Avec Cheick Cissé et Ruth Gbagbi (Côte d’Ivoire) ou Anthony Obame (Gabon), l’Afrique sera encore très bien représentée aux Jeux olympiques. Médaillé d’argent à Rio en 2016, Abdoul Razak Alfaga peut légitimement se poser parmi les favoris pour le titre chez les poids lourds, à Tokyo. Sérieusement blessé fin décembre 2019, le Nigérien a peut-être paradoxalement profité du report des JO pour aborder le tournoi dans une meilleure forme.

Inès Boubakri (Escrime / Tunisie)

Médaillée de bronze aux Jeux de Rio, la Tunisienne a écrit de nouvelles pages de l’histoire de l’escrime africaine. À Tokyo, celle qui excelle aussi bien à l’épée qu’en fleuret compte bien franchir un nouveau palier : soit en décrochant l’argent comme l’Égyptien Alaaeldin Abouelkassem l’avait fait à Londres en 2012. Soit en devenant la toute première championne olympique africaine dans la discipline, hommes et femmes confondus.

Soufiane El Bakkali (Athlétisme / Maroc)

Deuxième aux Mondiaux 2017 et troisième à ceux de 2019, le Marocain se débat au milieu de la féroce concurrence est-africaine, sur 3 000 mètres steeples. Quatrième à Rio, le jeune fondeur peut faire mieux que son compatriote Ali Ezzine, médaillé de bronze en 2000.

L’équipe masculine de basket-ball du Nigeria

Le basket-ball nigérian est euphorique depuis quelques années, comme l’illustrent les titres de l’équipe nationale féminine, double championne d’Afrique et quart de finaliste au dernier Mondial, et ceux des hommes, récents tombeurs des États-Unis et de l’Argentine en matches de préparation aux Jeux olympiques 2021. Après des prestations quelconques aux JO 2012 et 2016, les D’Tigers veulent créer la surprise à Tokyo.

L’équipe masculine de rugby à sept d’Afrique du Sud

Valeurs sûres du rugby à sept, les Blitzboks avaient décroché le bronze à Rio en 2016, tout comme à la Coupe du monde 2018. Pour les Sud-Africains, ces Jeux olympiques ont un double objectif : gagner l’or et préparer au mieux le Mondial 2022 qui aura lieu sur leurs terres. Reste à savoir comment la bande à Selvyn Davids aura digéré une longue période d’isolement stressante, due au test positif au Covid-19 de leur coach Neil Powell.

Giana Farouk (Karaté / Egypte)

Trois fois championne du monde, l’Égyptienne représente la meilleure chance de médaille africaine de la discipline, à Tokyo, avec la Marocaine Btissam Sadini et l’Algérienne Lamya Matoub. Pour cette icône du sport égyptien, s’imposer au pays du karaté serait une suprême réussite.

Ashleigh Moolman-Pasio (Cyclisme sur route / Afrique du Sud)

La Sud-Africaine arrive en pleine confiance à Tokyo. Elle a fini deuxième du Tour d’Italie (Giro Rosa) avec une victoire d’étape. Expérimentée et polyvalente, Ashleigh Moolman s’alignera sur la course en ligne puis en contre-la-montre individuel. Avec l’espoir de faire mieux qu’aux Jeux de Londres et à ceux de Rio. En 2016, elle avait fini dixième de la course en ligne.

Aruna Quadri (Tennis de table / Nigeria)

À Rio, le Nigérian avait créé la sensation en devenant le premier pongiste africain à atteindre les quarts de finale d’un tournoi olympique. Habitué à se frotter aux meilleurs, « Rocky Aruna » (son surnom) espère bien se frayer un chemin jusqu’à une médaille, au milieu de la féroce concurrence asiatique notamment.

Marie-Josée Ta Lou (Athlétisme / Côte d’Ivoire)

L’Ivoirienne a vécu un véritable traumatisme aux Jeux de Rio où elle a fini deux fois quatrième. Sur le 100 mètres, elle avait été devancée d’un millième de secondes par la Jamaïcaine Shell-Ann Fraser-Pryce. Malgré ses larmes, la sprinteuse de poche était repartie au combat, enchaînant les podiums aux Mondiaux (argent sur 100 et 200 m en 2017 et bronze sur 100 m en 2019) et aux Championnats d’Afrique. En grande forme avant ces JO 2021, Marie-Josée Ta Lou sera toutefois confrontée à une très forte concurrence.

Hugues Fabrice Zango (Athlétisme / Burkina Faso)

Le triple-sauteur offrira-t-il au Burkina Faso la première médaille olympique de son histoire ? L’Étalon ne cesse de progresser de compétition en compétition. Médaillé de bronze aux Mondiaux 2019, le Burkinabè vise l’or à Tokyo et a toutes les raisons d’y croire : en janvier dernier, il a battu le record du monde du triple saut en salle, avec une marque à 18,07 mètres. En extérieur, il a signé l'une des meilleures performances mondiales de l’année, avec 17 mètres 82.

Le Cameroun en quête d’exploit

La « Cameroon olympic team » constituée de la lutteuse Joseph Emilienne Essombe Tiako, du boxeur Wilfried Seyi entre autres figures de proue, aura également à cœur de déjouer tous les pronostics en tentant de ne pas revenir du pays du soleil levant la besace vide.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !