Anthony Pla salue le retour « aux sources » du Suisso-camerounais Breel Embolo

L’international suisse d’origine camerounaise Breel Embolo effectue un séjour très remarqué à Yaoundé, après une prestation appréciée sous les couleurs de la Nati durant l’Euro qui vient de s’achever. Un retour vers ses origines, que le journaliste Anthony Pla a célébré dans un texte rendu public 19 juillet 2021 sur Facebook.

Anthony Pla (c) Droits réservés

Une très belle image du retour aux sources de Breel Embolo au Cameroun. Né à Yaoundé, il a migré en France avec sa Maman quand il avait 5 ans. Un an après, il vivait en Suisse. Durant l’Euro, il s’est montré très impressionnant, jouant avec le cœur pour tout donner. Vif percutant et technique, toujours à travailler pour le collectif en toute humilité.

Je sais que le sujet des bi-nationaux est toujours un sujet délicat mais on n’oublie jamais d'où on vient. Chaque bi-national que j’interviewe, je pose la question et ils me disent tous que leur cœur est moitié-moitié, que quand ils jouent, ils portent 2 drapeaux ou 3 pour certains.

Moi je crois personnellement que ceux qui ne sont pas bi-nationaux ne sont pas les mieux placés pour juger dans un premier temps. Ensuite un joueur qui est né ou qui a grandi dans un autre pays, qui a été formé dans un autre pays fera 9 fois sur 10, le choix de l’autre pays.

Ce sont des athlètes, des professionnels, des compétiteurs. Souvent quand il y a un rassemblement on va vous dire que les billets d’avion pour votre voyage arrivent le Mardi mais ils arrivent le Vendredi ou au dernier moment. Parfois vous devez venir avec votre propre équipement. Le public est aussi très sévère avec vous… la remise en question se situe ici.

Une discussion que nous avons régulièrement avec Maheta Molango, né en Suisse d’un Papa Congolais, ancien président du RCD Mallorca et actuel directeur général de la PFA « Professional Footballers Association » en Angleterre. Formé à l'Atlético de Madrid, il avait fait le choix de porter les couleurs de la RD Congo et non de la Suisse dans les années 2000. Il a été confronté à toutes les problématiques et c’est un exemple que je peux citer parmi tant d’autres.

La question pour nous est : « Que faire pour que ces joueurs la choisissent de jouer pour nous et non pas pour l’autre nation? »

Parce que ces sportifs ne renient pas leurs origines, bien au contraire. Ils mènent toujours des actions pour la communauté et n’oublient jamais d'où ils viennent. Ceci ne devrait pas empêcher les fans du “pays d’origine” de les encourager et d’en être fiers.

Quoique l’opinion publique en dise… ils sont des enfants de plusieurs nations (comme moi) et donc, des citoyens du monde.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !