Nalova Lyonga autorise les grossesses précoces en milieu scolaire  

La ministre des Enseignements secondaires dans une circulaire dont lebledparle.com a obtenu copie, estime qu’écarter une élève de l’école parce qu’enceinte, « accentue les déperditions scolaires chez les élèves-filles ».

Dans une circulaire qu’elle a signée le 22 avril 2022, Pauline Nalova Lyonga, ministre en charge des Enseignements secondaires (Minesec), instruit de nouvelles modalités de gestion des cas de grossesses des élèves scolarisées dans les établissements publics et privés au Cameroun. La grande nouveauté c’est l’institution des congés de maternité pour les jeunes filles enceintes après la 26e semaine de grossesse, soit environ 7 mois.

Dans son document, Nalova Lyonga autorise les élèves à reprendre les cours après leur accouchement. Les responsables des établissements doivent néanmoins s’assurer que les conditions de santé, de travail, d’âge et de discipline le permettent.

Une décision qui met un terme aux exclusions systématiques des élèves enceintes, qui selon le membre du gouvernement, sont contreproductives pour la jeune fille : « Cette pratique qui accentue les déperditions scolaires chez les élèves-filles, porte en faux aux orientations du gouvernement en matière du maintien scolaire de tous les élèves sans discrimination, la prise en compte de l’approche genre, ainsi que la lutte contre l’exclusion des couches sociales vulnérables », peut-on lire.

Outre la fin des exclusions systématiques, la circulaire du Minesec instruit invite les responsables des établissements scolaires à prendre des mesures disciplinaires proportionnelles à l’endroit des auteurs des grossesses. Nalova Lyonga enjoint aussi de « prendre les mesures disciplinaires en vigueur à l’encontre de l’enseignant et autres personnels d’encadrement, reconnus auteurs de la grossesse de l’élève ».